"Cupping" thérapie : tout savoir sur la thérapie par les ventouses

Article mis à jour le 

Découvrez la cupping thérapie
Découvrez la cupping thérapie

 

Le "cupping" ou thérapie par les ventouses en français fait couler beaucoup d’encre depuis les derniers exploits olympiques de Michael Phelps à Rio. Le nageur américain s’est fait remarquer en arborant sur son corps d'étranges ronds rouges… Car le "cupping" thérapie laisse des traces !

Qu'est ce que la "cupping" thérapie ?

Le "cupping" est une méthode de soins qui consiste à poser des ventouses aspirantes sur certaines parties du corps. L'objectif de cette thérapie est d'éliminer les toxines du corps en facilitant la circulation sanguine afin de soulager les tensions et la fatigue musculaire. Chez les sportifs, le "cupping" permettrait ainsi une récupération beaucoup plus rapide après l’effort. Selon Nassima Oum Rayam, naturophate et fondatrice en 2014 du Comité National de Recherche et de Soins par Ventouse (CNRSV), cette médecine douce booste le tonus, relance la circulation veino-lymphatique, et renforce le système immunitaire.

La "cupping" thérapie se pratique avec des ventouses à chaud, la technique la plus utilisée, ou à froid, avec un système d’aspiration mécanique de l’air. Pour la technique "à chaud", un vide est créé à l’intérieur de la ventouse à l’aide d’une flamme puis la ventouse est posée sur un endroit précis du corps selon la pathologie à traiter.

D’une durée de vingt minutes environ, les séances de ventousothérapie ne sont pas douloureuses, tout juste une sensation de pincement de la peau lors de la pose des ventouses. En revanche, elles laissent des marques : de larges taches de succion qui peuvent mettre 4 à 15 jours à disparaître !

La "cupping" thérapie en quête de reconnaissance

Inspirée des méthodes ancestrales chinoises et égyptiennes, mais aussi des remèdes de nos grands-mères, la thérapie par les ventouses est en vogue depuis quelques années, chez les sportifs de haut niveau et les stars. Les sportifs chinois avaient déjà utilisé cette technique aux JO de 2008 à Londres. À Rio, Michael Phelps n'est pas le seul athlète de la délégation américaine à y avoir recours. Le gymnaste Alex Naddour s'est également affiché avec des marques similaires. Du côté des célébrités, Jennifer Aniston et Gwyneth Paltrow sont des adeptes assumées du "cupping", nouveau secret de beauté et de forme du tout Hollywood.

Engouement pour les médecines douces alternatives ou bienfaits réels, le "cupping" peine à faire reconnaitre ses effets thérapeutiques. En Occident, il est surtout pratiqué aux États-Unis, en Angleterre et en Allemagne. En France, le CNRSV se bat pour démontrer ses bienfaits sur l’organisme : effet antalgique, détoxifiant, anti-stress… Mais les effets médicaux de la "cupping" thérapie, de plus en plus utilisée par des kinésithérapeutes, ostéopathes et naturopathes, ne sont pas encore reconnus par la médecine traditionnelle et les scientifiques. Certains spécialistes évoquent avant tout un effet placebo renforcé par les marques visibles sur le corps.

Si les résultats des études sur la thérapie par les ventouses sont controversés, la dimension de l’effet psychologique sur le bien-être met au moins tout le monde d’accord.

Sources : lequipe.fr ; 20minutes.fr ; therapeutes-parisiens.fr