Du danger pour notre santé d'uriner dans une piscine

Article mis à jour le 

D'après une étude publiée par la revue Environmental Science & Technology, le chlore contenu dans l'eau des piscines, une fois mélangé avec des fluides corporels humains, réagirait en dégageant des gaz dangereux. Or, ce phénomène chimique serait très répandu, compte tenu des habitudes de certains nageurs dans les bassins.

Certes, le fait d'uriner dans une piscine est d'une part pour le moins répugnant, mais cette pratique se révèlerait également nocive, aussi bien pour soi que pour les nageurs alentours. Pourquoi ? Parce que le mélange de chlore et d'urine présenterait des dangers, à en croire une étude réalisée par des scientifiques de l'Université agricole de Chine et de l'Université de Purdue (États-Unis).

À travers leurs travaux de recherches, les scientifiques indiquent qu'une réaction chimique est de mise quand l'acide urique et l'urée, les composants de l'urine créés par le corps, entrent en contact avec de l'eau chlorée. Ainsi, deux gaz toxiques se dégagent alors : la trichloramine et le chlorure de cyanogène. Problème : le fait d'inhaler l'un de ces gaz entraîne chez les personnes concernées des irritations de la peau, des yeux ou encore du nez. Une réaction qui aboutirait même chez certains à des troubles respiratoires  tels que l'asthme, les rhinites ou encore les bronchites.

Des problèmes de santé parmi les membres du personnel

De fait, il n'est pas rare que ce phénomène entraîne d'importants problèmes de santé parmi les personnes les plus exposées en piscine : c'est par exemple le cas des nageurs assidus, des maîtres-nageurs ou encore du personnel chargé du nettoyage. Afin de limiter ces risques, les chercheurs ont mis en évidence trois façons de réduire la concentration des gaz en question. D'une part, il serait nécessaire d'augmenter la teneur en chlore de la piscine pour se débarrasser du souci du chlorure de cyanogène (mais pas de celui du trichloramine).

Par ailleurs, les scientifiques invitent à ne pas se rendre dans les endroits où l'urine est la plus concentrée dans les piscines, à savoir dans les bassins pour enfants et dans ceux des nageurs professionnels. Enfin, l'étude suggère, chose évidente, aux nageurs de cesser d'uriner dans la piscine pour améliorer les conditions. Pas sûr toutefois que les nageurs de compétition changent pour autant leurs habitudes. Il y a quelque temps, le célèbre médaillé olympique américain Michael Phelps indiquait en effet notamment que cette pratique n'était pas grave, le chlore se chargeant de "tuer tout ça"

Sources : medicalydaily, latimes, pubs.acs.org