David Bowie et le cinéma... en 15 apparitions cultes

Article mis à jour le 

David Bowie dans Furyo de Nagisa Oshima
David Bowie dans Furyo de Nagisa Oshima

David Bowie est mort d’un cancer le dimanche 10 janvier, deux jours seulement après la sortie de son dernier album Blackstar et l’anniversaire de ses 69 ans. Une terrible nouvelle annoncée sur Facebook et confirmée sur Twitter par son fils, le réalisateur Duncan Jones. À l’heure où les hommages à l'icône - innombrables - se multiplient sur la Toile, retour sur les apparitions les plus inoubliables de "l’homme aux cent visages"... au cinéma.

David Bowie, de son vrai nom David Robert Jones, figure légendaire du rock et de la pop, caméléon de génie qui aura su mieux que quiconque associer musique populaire et expérimentations ambitieuses des années 1960 à aujourd’hui, vient de mourir à l’âge de 69 ans. Une mort "paisible" selon sa famille, qui intervient alors que Thin White Duke luttait contre le cancer depuis 18 mois. Plutôt que de passer en revue une carrière protéiforme pharaonique ponctuée par des tubes incontournables par dizaines – quid de Space Oddity, The Man Who Sold the World, Let’s Dance, Life on Mars ?, Heroes, Rebel rebel, Starman, Modern Love, Changes, Moonage Daydream, Ashes To Ashes, The Jean Jenie, Queen Bitch, I’m Afraid of Americans, pour ne citer qu’eux… -, revenons sur un pan de son histoire assez méconnu mais pourtant capital : le cinéma.

David Bowie et le septième art

Outre le documentaire Ziggy Stardust and the spiders from Mars réalisé par Donald Allan Pennebaker suivant sa tournée 1973, Bowie est apparu à de nombreuses reprises au cinéma. À commencer par L’Homme qui venait d’ailleurs (1977), de Nicolas Roeg, où  il incarne un extra-terrestre perdu sur Terre, ou encore en vampire nostalgique dans Les Prédateurs (1983) de Tony Scott. L’homme aux cent visages figure aussi, pour le pire comme pour le meilleur, dans la comédie musicale Labyrinthe (1986) de Jim Henson.

Parmi ses caméos les plus improbables en salles obscures, l’on notera son apparition terrifiante dans Twin Peaks : Fire Walk With Me (1992), de David Lynch, ou encore - plus drôle - celle dans Zoolander (2001), de Ben Stiller.

Chez Martin Scorsese, il joua le rôle de Ponce Pilate dans La Dernière Tentation du Christ (1988), et chez Julian Schnabel l’artiste Andy Warhol dans le film Basquiat (1996).

Plus récemment, chez Christopher Nolan, Bowie apparaissait en Nikola Tesla dans Le Prestige (2006). 

Mais c’est surtout chez Nagisa Oshima dans Furyo (1983), qu’il incarna, en officier anglais, l’un de ses personnages les plus mémorables.

L’on fera l’impasse ici sur les incalculables références à Bowie dans l’univers des séries (Life on Mars, etc.), du documentaire (The Big One, de Michael Moore), des comédies ou encore des drames intimistes. Le musicien de légende donne également un concert dans le film Moi, Christiane F. (1981), d’Uli Edel - long métrage pour lequel il composa d’ailleurs une partie de la bande originale.

Avant d’en vernir à nos citations favorites de Bowie au cinéma, relevons notamment deux séquences où David Bowie s’invite en boîte de nuit : d’une part avec Let’s Dance dans La Nuit nous appartient (2007) de James Gray, et par ailleurs avec I’m Afraid of Americans dans Showgirls (1995) de Paul Verhoeven.

S’il fallait retenir un seul film dont le générique de début utilise la musique de David Bowie, ce serait très certainement Lost Highway (1997) de David Lynch (avec I’m Deranged).

Tandis que parmi les œuvres filmiques se terminant sur des chansons de Bowie, l’on citera plutôt Le Jeu du faucon (1985), de John Schlesinger, Seven (1995) de David Fincher, Memento (2000) de Christopher Nolan - encore une fois - ou encore Dogville (2003) de Lars Von Trier.

Autant dire que David Bowie a été cité au cinéma à peu près partout, et ce, tout au long de sa carrière. S’il s’avère impossible d’en faire ici l’inventaire, nous avons sélectionné ici quelques-unes des meilleures citations de Ziggy au cinéma.

Space Oddity - scène issue du film Bird People (2014), de Pascal Ferran

Pour les besoins du remake par Paul Schrader du film culte de Jacques Tourneur, La Féline (1942), David Bowie a composé avec Giorgio Moroder Cat People, titre que l’on entend juste avant le générique du film de 1982. Cette chanson est reprise avec brio de manière totalement surprenante dans Inglourious Basterds (2009). Coup de génie.

Parmi les innombrables utilisations de Space Oddity en salles obscures, la plus étonnante - en italien - revient sans doute au film Moi et toi (2012), de Bernardo Bertolucci.

Quant à la plus évidente, cela se passe chez Jean-Marc Vallée dans C.R.A.Z.Y. (2005).

Du même tonneau, cette fois avec Heroes dans Horns (2013), d'Alexandre Aja.

Plus facile : la version de Queen Bitch dans le générique de fin de La Vie Aquatique (2003) de Wes Anderson, chantée par le musicien brésilien Seu Jorge. Cultissime.

Le réalisateur Leos Carax est un inconditionnel de David Bowie. Celui-ci l’a notamment cité dans Boy Meets Girl, 1983, (avec When I live my dream) ou encore dans Les Amants du Pont Neuf, 1991, (avec Time will crawl). Mais la plus belle révérence reste celle de Mauvais sang (1986). Peut-être le plus bel hommage au maître de toute l’histoire du cinéma.

Bonus : le caméo de David Bowie dans le jeu Omikron : The Nomad Soulde David Cage.

Une chose est sûre, Bowie va nous manquer...

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : loisirs