Découverte : le Neandertal mangeait ses propres morts

Article mis à jour le 

Néandertal
Néandertal

On savait déjà que les hommes du Neandertal enterraient leurs morts. Cependant, la preuve est aujourd’hui faite qu’il leur arrivait également de les manger. Cette découverte découle d’une étude internationale dirigée par Hélène Rougier, anthropologue française travaillant à l’Université d’État de Californie, portant sur 99 ossements découverts en Belgique.

Les restes néandertaliens, vieux de 42 000 à 47 500 ans, proviennent de la troisième cave de Goyet. D’après les résultats parus dans la revue Scientific Reports, ils présentent des entailles caractéristiques.

Une viande comme une autre

Les ossements analysés par les chercheurs appartiennent à quatre adolescents et un enfant. D’après Hervé Bocherens de l’Université de Tübingen, en Allemagne, les traces d’incisions sur ces restes humains sont semblables à celles présentes sur des carcasses de gibiers retrouvées sur le même site.

Ces preuves confirment sans ambiguïté la thèse du cannibalisme formulée par les chercheurs qui avaient analysé d’autres ossements néandertaliens retrouvés à Pradelles, en Charente, à Moula-Guercy, en Ardèche, ou dans la grotte d’El Sidron, en Espagne.

Des armes et des outils

Les chercheurs ont aussi mis en évidence l’utilisation d’ossements humains comme outils ou armes. En effet, trois tibias et un fémur présentent des traces de chocs et d’usure, ceci  suggérant qu’ils ont été utilisés pour tailler des outils de pierre. Le Neandertal se servait donc des restes humains comme de carcasses d’autres animaux. En revanche, les analyses menées sur ces ossements ne donnent aucune information sur les circonstances du décès des trois adolescents et de l’enfant.

 

Sources: sciencesetavenir, sciencepost