Dépenser plus de calories qu'on en absorbe sans mincir, c'est possible

Article mis à jour le 

Vous l'avez sans doute compris : pour perdre du poids, il n'y a pas de formule magique. Pour cela, il faut d'une part limiter sa consommation de calories et par ailleurs faire de l'exercice pour les brûler, au même titre que celles d'ores et déjà transformées et stockées dans votre corps. Cependant, si le programme parait simple, reste que le résultat qui en découle n'est pas nécessairement au rendez-vous. Explications.

Non, le fait de dépenser davantage de calories qu'on en absorbe n'est pas systématiquement synonyme de perte de poids. Pourquoi ? Tout simplement parce que le muscle étant plus dense et lourd que la graisse, le fait de le développer en effectuant du sport, même si cela induit une consommation accrue de calories, peut déboucher sur une prise de poids. C'est en tout cas ce que souligne la diététicienne Mélanie Bonnet.

Ainsi, tenir compte uniquement de l'indice de masse corporelle (IMC), et ce même pour un sportif confirmé tel qu'un adepte du bodybuilding pesant plus de 100 kg, est trompeur. La raison est simple : ce dernier pourra afficher un IMC identique à une personne obèse alors qu'il ne l'est pas. Pour rappel, à poids égal, la masse volumique de la graisse est deux fois plus importante que celle d'un muscle.

L'idéal : réduire sa masse graisseuse sans s'occuper de ses muscles

Afin de mieux percevoir les effets d'une baisse de la consommation de calories sur son poids, il est préférable de s'attaquer surtout à sa masse graisseuse plutôt qu'au développement de ses muscles. Pour ce faire, le mieux est de privilégier les exercices d'endurance, en parallèle d'un régime alimentaire adapté. Rappelons à ce titre que pas moins de 40 minutes d'efforts en continu sont nécessaires pour atteindre les graisses.

Toutefois, il est crucial de ne pas oublier que d'autres facteurs peuvent remettre en question la perte de poids. C'est notamment le cas des dérèglements hormonaux et du fonctionnement ralenti de la thyroïde (hypothyroïdie), comme les mettent en évidence les diététiciens.

Sources : i-dietetique.com