Dépenses sociales : les prévisions de l'OCDE pour la France

Article mis à jour le 

Les dépenses sociales ont augmenté dans les 34 pays de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) depuis 2007. La France arrive en tête avec 32,1 % de son Produit intérieur brut (PIB). C’est le pays qui dépense le plus au monde en aides sociales par rapport à la richesse nationale produite.

La moyenne du taux de dépenses sociales dans les pays de l’OCDE était de 19 % du Produit intérieur brut (PIB) en 2007 alors qu’elle est aujourd’hui de 22 %. La France consacre plus de 10 % de son PIB de plus que cette moyenne. Les dépenses sociales ayant le plus augmenté sont les cotisations chômage, notamment relatives à la multiplication des plans sociaux ces dernières années (Lejaby, Pétroplus, etc…). 60 000 emplois ont été détruits en France en 2012, un chiffre inquiétant. La France a également souffert d’une légère baisse de son PIB (- 0,1 %) au second semestre à cause d’une stagnation, voire une régression, de l’offre comme de la consommation.

Une conjoncture inquiétante mais pas catastrophique

Les derniers chiffres de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) permettent cependant de relativiser : le PIB a augmenté de 0,2 % au 3e trimestre 2012, grâce à une reprise de la consommation des ménages (+0,3 % après un recul de 0,2 % cet été), de la production de biens et services (+0,4 %), de la montée des exportations de 0,5 % et de la baisse des importations (- 0,6 %). En termes d’exportations, ce sont les secteurs spatial et de l’aéronautique qui se vendent le mieux à l’étranger.

L’investissement a pourtant diminué de 0,2 % après avoir augmenté de 0,5 % au second trimestre. Un facteur à surveiller car sans innovation, il est plus difficile de faire repartir la croissance de manière durable.

Des dépenses en hausse malgré les mesures d’austérité, sauf pour la santé

"Le Panorama de la santé : Europe 2012" constate la baisse des dépenses publiques dans le domaine de la Santé depuis les premières mesures d’austérité en 2010. Cette étude, dont la seconde édition a été publiée le 16 novembre dernier, compare les besoins et dépenses en matière de santé par rapport au PIB dans 35 pays européens, dont les 27 de l’Union européenne. Elle met en garde face à la baisse trop radicale des dépenses publiques en matière de santé, et pointe les risques à venir pour les populations.

La France arrive en deuxième position des pays de l’OCDE pour les retraites avec 13,7 % de son PIB derrière l’Italie et devant l’Autriche. L’Europe est un continent à la population vieillissante et l’OCDE prévoit une augmentation des dépenses de 14 % en moyenne pour ce secteur.