Il faut désormais gagner 4 000 euros net par mois pour espérer accéder à la propriété

Article mis à jour le 

D'après les résultats publiés aujourd'hui par Empruntis, l'accession à la propriété est dorénavant réservée aux ménages touchant plus de 4000 euros net par mois et bénéficiant d'un apport personnel de 50 000 euros.

Alors que la crise bat son plein et que le chômage ne cesse d'augmenter, l'acquisition d'un bien immobilier est presque devenue inaccessible pour beaucoup de Français. Les derniers chiffres dévoilés par le courtier en prêts immobiliers Empruntis font même état d'une fracture, dans un marché immobilier d'ores et déjà sinistré. Selon Empruntis.com, les primo accédants se font de plus en plus rares, au profit de propriétaires se séparant de leur bien immobilier pour acheter plus grand. Tant et si bien que les personnes à pousser la porte des agences immobilières sont souvent les plus fortunées.

Cette année, les Français ont en moyenne dépensé 210 233 euros (+ 2,5 % par rapport à 2011) pour acquérir une maison ou un appartement. Ils ont par ailleurs emprunté près de 160 000 euros à leur banque. Ce qui signifie qu'ils ont été en mesure de fournir un apport personnel de 50 000 euros. Selon les spécialistes de l'immobilier, c'est la première fois que cette barre symbolique est dépassée. Problème : hormis les personnes déjà propriétaires, les Français sont peu nombreux à disposer d'un tel apport. À noter qu'il y a une quinzaine d'années, une telle somme permettait d'acquérir un studio à Paris ou un appartement de moyenne taille en province.

En l'espace de quelques années, le montant de l'apport personnel a doublé. En 2005, celui-ci s'élevait ainsi en moyenne à 25 000 euros. Les responsables d'une telle évolution : les critères toujours plus draconiens exigés par les banques depuis la crise de 2008. Mais aussi l'explosion des prix de l'immobilier, qui a découragé des millions de Français désireux d'accéder à la propriété. En conséquence, les acquéreurs sont aujourd'hui âgés en moyenne de 36 ans et disposent d'un revenu net par foyer de 4 430 euros par mois. Une somme largement supérieur à celle dont bénéficie la majorité de la population.

Pour de nombreux experts, cette nouvelle enquête est alarmante et montre bien que le marché de l'immobilier est actuellement dans une situation de blocage. Tandis que les spécialistes recommandent la construction de nombreux appartements pour faire baisser les prix, les mises en chantier sont à leur plus faible niveau depuis 14 ans.