Deux fois plus d’absences chez les fonctionnaires de Pôle Emploi que dans le privé

Article mis à jour le 

Comment s'explique la différence de pratique, selon que l'on travaille dans le public ou le privé ? - iStockPhoto
Comment s'explique la différence de pratique, selon que l'on travaille dans le public ou le privé ? - iStockPhoto

Le bilan social de 2014 a révélé que les fonctionnaires de Pôle emploi sont en arrêt maladie près de 30,6 jours ouvrables par an. La cause serait peut-être liée au fait qu’ils sont moins payés que leurs collègues sous statut privé. Alors qu’ils réalisent les mêmes tâches dans les mêmes conditions de travail…

Le bilan social dévoilé en Comité central d’entreprise mardi dernier révèle que les 5 000 agents publics cumulent en moyenne 30,6 jours ouvrables d’arrêt maladie dans l’année. Ces anciens agents de l’ANPE ayant refusé de passer sous statut privé lors de la fusion avec les Assedic en 2008 totalisent au moins 240 jours d’absences de longue durée. Cela a-t-il un rapport avec le fait d’être sous-payé ?

“Rythme de travail élevé”, taux d’absentéisme élevé

Selon le délégué syndical SNU-FSU Jean-Charles Steyger, la soumission des conseillers à l’emploi “à une charge et donc à un rythme de travail particulièrement élevé” peut être la cause de ces arrêts maladie récurrents. Les agents publics supportent une pression constante en raison des nombreuses échéances et des objectifs à atteindre. Le travail démotive ainsi le salarié et porte préjudice aux usagers par la même occasion.

Agents moins payés, agents moins motivés

Le délégué du personnel de Pôle Emploi Île-de-France Stéphane Durand ajoute qu’actuellement, les supérieurs hiérarchiques exigent toujours plus avec “moins de temps et de moyens”. Les fonctionnaires ne sont pas préservés des clashs à l’accueil et des discordances en entretien. Cela ne fait qu’augmenter la pression sur les autres collègues. De plus, bien qu’ils soient protégés par leur statut, les fonctionnaires sont presque deux fois moins payés que leurs collègues sous statut privé. Avec un salaire annuel moyen évalué à 23 574 €, contre 35 049 € pour les autres avec les primes. La problématique semble donc se situer surtout au niveau de la rémunération.


Source : bfmtv