Devenir ramasseur de balles à Roland-Garros : mode d'emploi

Article mis à jour le 

A-t-on déjà vu ou verra-t-on un jour un Roger Federer ou un Rafael Nadal ramasser sa balle en personne à l'issue d'un échange de longue haleine, et ce devant des milliers de spectateurs absorbés ? Non, et ce n'est d'ailleurs pas prêt d'arriver. Bonne nouvelle, donc : le job de ramasseur de balles a encore de beaux jours devant lui. Mais au fait, quelles sont les conditions à remplir pour ramasser des balles pour le plus grand tournoi de tennis de la planète ?

Qui, parmi les amoureux du tennis et plus particulièrement de Roland-Garros, n'a jamais un jour rêvé d'endosser le maillot du ramasseur de balles pour vivre, de l'intérieur, l'un des tournois de tennis les plus prestigieux du monde ? Tandis que vient de s'ouvrir, dimanche 26 mai, la quinzaine de Roland-Garros, les yeux sont désormais rivés, et ce jusqu'au dimanche 9 juin, sur la Porte d'Auteuil. Le moment de gloire des ramasseurs de balles du cru 2013 est arrivé : cette année, quelque 220 à 250 ramasseurs ont la chance de fouler la terre battue du célèbre stade. Et une chose est sûre : les systèmes de récupération automatique comme au bowling ne sont pas prêts de les remplacer.

Si tout le monde a déjà entre-aperçu les frimousses de ramasseurs de balles ne serait-ce qu'à la télévision, la plupart des gens ne se doute pas toujours que leur performance – admirable ballet minutieusement réalisé – est en réalité chaque année préparée longtemps à l'avance. Ainsi, de façon à accompagner cette échéance sportive attirant les regards du monde entier, seule une élite de ramasseurs est en fait choisie à la suite d'épreuves régionales de haut niveau. Comme l'indique David Portier, responsable du service de ramasseurs de balles de Roland-Garros, au site internet Welovetennis, il est important pour avoir une chance d'être sélectionné d'être très motivé, d'avoir d'excellentes capacités physiques, d'adresses, sans oublier des qualités techniques.

Chaque année : 2 500 à 3 000 candidats

Vous l'aurez compris : avoir la chance d'envoyer des balles ou d'apporter une serviette à Andy Murray n'est pas donnée à tout le monde. Ainsi, chaque année, pas moins de 2 500 à 3 000 adolescents participent aux épreuves de sélection. Parmi eux, 400 candidats sont ensuite choisis pour participer à un stage de formation final, à l'occasion duquel 220 à 250 ramasseurs sont en définitive retenus. Mais encore faut-il être en mesure de participer, autrement dit respecter les nombreux critères nécessaires à l'inscription.

Ainsi, pour être en mesure de participer à la sélection, il est impératif :

- d'avoir entre 11 et 15 ans ;

- de mesurer moins de 1,75 m ;

- de ne porter ni lentilles ni lunettes ;

- d'être licencié dans un club de la Fédération française de tennis (FFT).

Un culte de la performance…

À l'issue de la sélection et du stage, les adolescents choisis peuvent enfin concrétiser leur rêve. Mais attention : une fois entré à Roland-Garros, les évaluations continuent sur les courts via un encadrement permanent de coachs. Par ailleurs, chacune des participations des ramasseurs peuvent être notées par des superviseurs. Des évaluations qui permettent aux meilleurs d'accéder à un court de tennis plus réputé (ex : Chatrier, Lenglen, Court n°1) quelques jours seulement après leur arrivée, ou à l'inverse d'être limité à un court moins prestigieux.


A Roland-Garros, un débrief de ramasseurs de... par rue89

Résultat : les ados ramasseurs de balles aperçus sur les courts tiennent pour la plupart une raquette depuis l'âge de quatre ou cinq ans. Cependant, même si le stress lié à leur statut est bel et bien présent durant les matches, beaucoup ont néanmoins conscience de vivre un véritable rêve éveillé en assistant les plus grands joueurs de la planète. C'est le cas de Jocelyn, qui a relaté sur le blog CarnetSport quelques anecdotes amusantes. Ainsi, si Llodra n'hésite pas à "insulter" les ramasseurs et Arnaud Clément à les repousser, d'autres, à l'instar de Rafael Nadal, les remercie pour chaque geste accompli. De son côté, Roger Federer ne serait pour sa part ni agréable ni désagréable, mutique dans sa concentration.

… qui n'empêche pas les ratés

En dépit du fait que tout semble absolument impeccable en surface, Roland-Garros peut aussi parfois faire l'objet de quelques fausses notes. En 2011, notamment, un ramasseur de balles s'était par erreur introduit sur le court en plein échange pendant le match qui opposait Andy Murray à Viktor Troicki.

Reste maintenant à savoir si l'édition 2013 du plus célèbre des tournois de tennis, depuis le court n°17 au court Philippe Chatrier, verra ses balles ramassées, et bien.

Sources : Welovetennis, TennisCord, CarnetSport, Rue89, HuffPost, FFT