Une diminution des embouteillages grâce à la crise ?

Article mis à jour le 

Alors que le périphérique parisien fête ses 40 ans aujourd’hui, les embouteillages vont bon train sur la capitale. Cette dernière est  en effet classée 6ème au classement européen concernant le nombre d’heures passées dans les bouchons. Pourtant une bonne partie des pays européens (dont la France) ont connu une diminution du nombre de bouchon depuis 2012. Même si les embouteillages restent élevés et sont synonymes de pic de pollution la France persévère en termes d’effort écologique avec la faible émission de CO² de ses voitures neuves. Petit retour sur l’état des routes dans l’Hexagone...

Selon un sondage d’une société d’info-trafic américaine, INRIX, les embouteillages en Europe ont connu une forte diminution l’année dernière.  L’étude a analysé des milliards de données provenant d’une centaine de sources tels que des camions routiers, des navettes d’aéroport, de taxis et des voitures de particuliers.

Quand la récession diminue le trafic routier…

Pour eux cette baisse serait liée à la crise puisque les plus fortes diminutions touchent surtout les pays les plus atteints par la crise : le Portugal voit ses embouteillages diminués de 51 %, l’Italie de 38 % et l’Espagne de 34 %. Quand à l’encombrement des routes françaises, il a diminué de 12 % l’année dernière.

A première vue, on pourrait croire à une bonne nouvelle, mais la diminution du temps moyen des français consacré dans les transports est fortement lié à la montée du chômage. Avec une baisse du pouvoir d’achat, le comportement des français se voit modifier et se répercute sur leurs habitudes de vie. Moins de français utilisent leur voiture pour consommer, se faire livrer des services ou aller au restaurant…

Paris la reine des embouteillages français

Malgré cette diminution, l’Hexagone reste dans le classement des pays où les automobilistes passent le plus de temps dans leur voiture par an. C’est la Belgique qui arrive en tête avec 59 heures, puis le Pays Bas avec 52 heures. Arrive ensuite l’automobiliste français qui passe en moyenne 37 heures dans les embouteillages ex aequo avec son voisin allemand. 

Les 13 villes françaises étudiées ont connu chacune une diminution de bouchons. Paris reste championne du nombre de bouchons même avec une baisse de 9 % comparé à l’année 2011. Un parisien passera donc 63 heures dans sa voiture devant 46 heures pour un Lyonnais ou un Bordelais.

On peut également s’amuser à comparer les villes de l’Europe entre elle, la capitale française continue à récolter ses palmes puisqu’elle est sixième du classement européen dans le temps passé dans les embouteillages juste derrière Bruxelles, Anvers,  Londres, Rotterdam et Stuttgart.

Des voitures françaises peu émettrices de CO²

Même si la France s’impose en matière de temps passé dans son auto, ses voitures neuves les moins émettrices de CO² restent en tête dans le classement européen selon l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie). Elle se classe 4ème en 2012 avec une émission de 124 g de CO² par km contre 117 g pour le Danemark. Même si elle a baissé de deux rangs en deux ans (en 2010 elle était deuxième avec 130 g de CO² par km), l’Hexagone continue ses progrès en matière de propreté.

D’ailleurs l’Ademe a remarqué que les ventes de voitures propres ont nettement augmenté au cours de l'année 2012. En effet, les ventes d’autos A - dont les émissions sont inférieures à 100 g de CO² - sont passées de 5 % en 2011 à 14 % en 2012. Cette augmentation est expliquée par une plus grande offre de véhicules propres en France.

Pour les plus curieux, les voitures françaises les plus propres sont la Renault Clio pour les diesels avec 83 g de CO² par km et la Toyoto Yaris pour les essences avec une émission de 79 g de CO² par km. L’Ademe a également mis en place un site pour comparer les véhicules vendus en France selon leur consommation de carburant et leur émission de CO².

Sources : Francetv-info ; Lemonde