Pour diviser par trois les effets du décalage horaire, une solution existe

Article mis à jour le 

Vous en avez sans doute déjà fait les frais lors d'un voyage : le décalage horaire est un ennemi redoutable. Invisible, celui-ci assaille le voyageur au départ puis à l'arrivée. Or, jusqu'à présent, les seules solutions évoquées pour s'en prémunir étaient complexes et personnelles. Mais des chercheurs des universités du Michigan et de Yale affirment avoir trouvé une astuce rapide et efficace.

À en croire les habitudes des grands voyageurs internationaux, il faudrait une journée par heure de décalage pour se remettre à l'endroit en matière d'horaire. Mais les variations seraient plus ou moins fortes selon le sens du voyage : il serait ainsi plus facile d'aligner son horloge interne sur celle des aiguilles de sa destination lorsqu'on fait Paris – New York que l'inverse. Quoi qu'il en soit, si vous vous rendez à Los Angeles, où il y a 9 heures de décalage, vous aurez besoin de 9 jours pour que tout revienne dans l'ordre.

Toutefois, des mathématiciens des universités du Michigan et de Yale indiquent avoir identifié une façon de remettre les compteurs à zéro plus rapidement. Une astuce qui repose sur une série de modèles mathématiques couplés à une application gratuite pour smartphones, baptisée Entrain. Pour l'utiliser, il suffit de renseigner sa ville de départ et d'arrivée, de même que le niveau de lumière accessible. À noter que le programme s'appuie sur le principe que notre horloge circadienne se base sur le niveau de lumière pour connaître l'heure. De fait, l'application fournit ensuite l'emploi du temps d'exposition à la lumière nécessaire pour remettre notre horloge interne à l'heure. D'après ses concepteurs, Entrain permettrait de diviser par trois le nombre de jours nécessaire pour se remettre d'aplomb, en comparaison au bon sens populaire. Résultat, il ne faudrait plus que trois jours au lieu de neuf pour être en forme après un trajet Paris-LA.

Comment fonctionne le principe ?

Une chose est sûre, le fonctionnement du dispositif n'est pas simple, mais il n'y a qu'à suivre les recommandations d'exposition à la lumière établies, et ce à la minute près. À titre d'exemple, comme le met en évidence le LA Times, lorsque l'on voyage de New York à Londres, le programme indique à l'utilisateur qu'il faut s'exposer à la lumière à 7h58 le jour de l'arrivée et l'éviter à partir de 20h14. Et ainsi de suite.

Entrain est loin d'être la seule application à proposer un service d'aide à l'effacement du jetlag, mais aucune d'entre elles ne se sert du même niveau d'équation, comme le souligne NPR. D'ailleurs, l'étude dernièrement rendue publique dans Plos Computational Biology intègre près de cent pages de calculs complexes. Selon Daniel Forger, chercheur qui travaille sur les rythmes circadiens depuis les années 90, les modèles proposés par l'application peuvent sembler à l'encontre du bon sens, mais l'intuition ne rentre pas en ligne de compte. Exit, donc, les remèdes de grand-mère.

Reste que ces équations ne datent pas d'hier et ont déjà été appliquées par la Nasa, l'industrie des transports et les militaires. Mais c'est la première fois qu'elles sont proposées au grand public.

Sources : NPR, Slate, latimes, plos.org