Ecologie : sept mesures pour la transition énergétique mises en œuvre en France

Article mis à jour le 

La transition énergétique, comprenant l’isolation des bâtiments et le développement d’énergies moins chères et plus "propres", est devenue une des grandes priorités de Matignon. Arnaud Montebourg et Delphine Batho avaient annoncé lors de l’ouverture du salon Polytec sept chantiers phares entrepris par l’Etat.

Celui-ci s’attaque à un bien vaste domaine. Le quinquennat de Nicolas Sarkozy avait débuté par un "Grenelle de l’environnement". Les sommets sur le réchauffement climatique se suivent et se ressemblent dans l’absence de décisions contraignantes. Le second Président socialiste de la Ve République marque le pas avec l’ouverture du débat sur la transition énergétique. Un débat important sur un sujet de société indispensable : face à la cherté des énergies fossiles et aux doutes concernant le nucléaire, mieux vaut s’attaquer à la précarité énergétique des logements en premier lieu. C’est un des sept grands chantiers que l’Etat compte mettre en œuvre. Delphine Batho a ainsi assuré la prochaine publication d’un décret de rénovation obligatoire des bâtiments du tertiaire. Des entreprises françaises réfléchissent avec le soutien de l’état à la mise en place de bâtiments durables avec des réseaux (eau, électricité, déchets) intelligents. Cette offre en gestation viendra pérenniser les effets du futur "Plan de rénovation des bâtiments". Le rendez-vous est pris aux futures "Assises de l’Energie" en janvier prochain, à Grenoble, pour plus d’informations.

Autres énergies et grandes économies

Le développement des énergies renouvelables, en particulier l’éolien offshore et le photovoltaïque, sont également au cœur des priorités de l’Etat. Les deux ministres ont annoncé la mise en place d’une structuration du secteur et du soutien à l’innovation en termes de stockage de ces énergies, à travers le Comité stratégique de filière pour les éco-industries (COSEI). L’État a également débloqué des crédits pour booster l’innovation en matière de réseaux intelligents, économisant l’eau et l’électricité. En ce qui concerne le secteur de l’eau, la décision a été prise de multiplier les contrôles de pollution et de donner un coup de pouce à l’innovation. La filière "déchets" bénéficiera pour sa part d’un Pacte économie circulaire valorisant le recyclage des déchets, accompagné d’une législation adaptée. Le vaste chantier de la transition énergétique en France se décompose donc en deux phases : privilégier les économies d’énergie, d’eau et le recyclage des déchets avant de développer une production énergétique plus "verte".