Emploi : le bien-être plus important que le salaire ?

Article mis à jour le 

Selon une étude Jobaproximite/OpinionWay publiée ce lundi, les salariés français considèreraient le bien-être au travail comme plus important que le salaire.

Être heureux au travail serait la priorité des candidats français à l'emploi, d'après une étude Jobaproximite/OpinionWay révélée ce lundi 17 mars. Pour ce faire, ces derniers voudraient se sentir utiles à travers leur travail, quitte à consentir à quelques compromis.

Ainsi, 24 % d'entre eux seraient disposés à travailler le dimanche, 21 % à opter pour un poste moins élevé, ou encore 20 % à envisager un déménagement. Hervé Solus, le cofondateur du site de recrutement Jobapromite, par ailleurs commanditaire de l'étude, estime que 98 % des candidats n'ont pas peur d'accepter une formation pour apprendre un nouveau job.

N'en déplaise à la crise…

En dépit du contexte économique, les salariés recherchent surtout l'épanouissement personnel. Ainsi, le salaire n'arrive qu'en troisième position (34 %) des critères les plus importants, dans l'enquête, derrière "un job intéressant" (31 %) ou un travail utile (51 %). Un résultat qui montre que les candidats sont à la recherche d'une profession qui fait sens, et par le biais de laquelle ils peuvent s'engager.

À noter que l'institut Great Place to Work, qui publie ce lundi le palmarès des entreprises où il fait bon travailler, souligne également que les jeunes générations sont à la fois plus sensibles au bien-être au travail, et recherchent un meilleur équilibre entre leur vie privée et leur vie professionnelle. Toutefois, il ne faut pas oublier que le bien-être passe aussi par le niveau du salaire, de l'ambiance au travail et des horaires.

Un changement de stratégie nécessaire pour les entreprises

Afin de répondre à ces attentes, il est donc crucial que les entreprises fassent preuve de davantage de transparence et de proximité envers les employés, selon l'observatoire de la vie au travail (OVAT). Pourquoi ? Parce que ces derniers ne sont pas systématiquement informés de la finalité réelle de leur travail, et manquent de reconnaissance. Or, le fait d'informer les salariés leur donne envie de s'engager pour leur organisation, et leur permet de mieux se sentir au travail.

À ce titre, si le salaire reste indubitablement un facteur important, ce n'est pas lui qui motive l'employé sur le long terme au travail.

Sources : ovat, jobaproximite, greatplacetowork