Les endroits confinés comme le métro, nous rendent-ils honnêtes ?

Article mis à jour le 

D'après une étude publiée récemment par la revue Psychological Science, l'honnêteté ne serait au fond qu'une question d'espace. Les chercheurs à l'origine de cette théorie considèrent en effet qu'un environnement étendu favoriserait les comportements malhonnêtes. Mais doit-on comprendre que le métro parisien nous rendrait pour autant plus vertueux ?

Et si le fait d'avoir un grand bureau avait pour effet de nous rendre malhonnête ? C'est la question que pose une étude récente publiée par Psychological Science. D'après celle-ci, un environnement physique étendu, à l'instar d'un siège de voiture plus large ou encore d'un salon plus vaste, aurait ainsi pour conséquence de nous pousser à la fraude.

Phénomène étrange que le professeur Andy Yap, de la Columbia Business School, explique au site internet Quartz  de la manière suivante : qu'il s'agisse de nos environnements de travail ou de vie, nos corps et nos postures sont sans arrêt contractés ou étirés en fonction de l'espace à travers lequel nous louvoyons. Un siège plus ou moins large, un bureau plus ou moins grand et encombré, un couloir plus ou moins étroit… ces environnements auraient une forte influence sur notre propension à être malhonnête au quotidien.

Toujours d'après Quartz, l'étude de deux groupes d'individus a été nécessaire pour aboutir à une telle conclusion. D'un côté, le premier groupe a été invité à s'étaler dans un espace, où il était possible d'écarter les jambes, tandis que le second groupe était contraint d'adopter une posture beaucoup plus contractée, les jambes croisées. Dans chacun de ces deux groupes, une personne a fait l'objet d'un test spécifique à l'écart des autres participants. Il était question à chaque fois de faire croire à cette personne qu'elle recevrait 4 dollars, alors qu'elle serait en réalité "accidentellement" payer le double.

Or, à l'issue des tests, les personnes du premier groupe ayant évolué dans un environnement vaste ont été 78 % à garder la totalité de la somme, alors qu'ils n'étaient que 38 % dans le second. La clé de ce mécanisme serait que les personnes dont la position est plus ample et détendue serait plus tentées de prendre des initiatives et par extension de prendre des risques – en l'occurrence, conserver les dollars excédentaires.

Doit-ton pour autant estimer qu'un petit espace va nous rendre plus honnête ?

Contrairement à ce que l'on pourrait supposer, l'effet inverse n'est pas prouvé. Inutile, donc, de multiplier les voyages en métro dans la ligne 13 ou le RER A pendant les heures de pointe en espérant un regain de droiture et d'intégrité… À noter que ce genre d'étude n'est pas une première : en 2012, déjà, une étude publiée par Bloomberg BusinessWeek s'interrogeait sur les "facteurs de la malhonnêteté", en faisant le lien avec la créativité.

Francesca Gino, chercheuse à la Harvard Business School, soulignait alors que les créatifs risquent davantage que les autres d'agir de manière malhonnête. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison qu'ils trouvent beaucoup plus facilement que les autres des éléments permettant d'expliquer leur comportement. En d'autres termes, les créatifs ne sont non pas plus malhonnêtes que le commun des mortels mais ils bénéficient de capacités leur permettant d'être malhonnêtes sans pour autant considérer leur façon de faire comme telle.

Sources : PsychologicalScience, Quartz, Bloomberg BusinessWeek