"L'enterrement" : quand le cinéma contamine le théâtre

Article mis à jour le 

Il n'est pas rare de voir le cinéma s'inspirer du théâtre. C'est pourtant parfois le contraire. Vous vous souvenez peut-être du film Festen, drame au vitriol signé par le danois Thomas Vinterberg, ami de Lars Von Trier. Le Théâtre du Rond Point accueille la pièce L'Enterrement, qui n'est autre que sa suite directe.

Du 12 octobre au 10 novembre, le théâtre du Rond Point accueille la pièce L'Enterrement. À l'écriture, Thomas Vinterberg et Mogens Rukov. À la mise en scène, Daniel Benoin. À l'instar de l'opus original, tantôt la pièce fascine, tantôt elle effraie. Alors que Festen racontait comment un fils, au cours d'une fête de famille, perçait l'abcès en révélant des secrets odieux sur son père, c'est ce dernier qu'on enterre dans L'enterrement. Encore une fois, les non-dits finissent pas déborder et troubler la veillée funèbre. Comme dans une tragédie grecque, la noirceur triomphe sur tout homme et sur toute chose. Voilà une malédiction familiale servie par distribution prestigieuse.

L'Enterrement (Festen, la suite…), du 12 octobre au 10 novembre 2012

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h

Salle Renaud-Barrault au Théâtre du Rond Point