Entretien du jardin : les gestes pour bien finir l'hiver

Article mis à jour le 

La fin du mois de février approche, et avec lui c'est l'hiver qui se retire doucement de nos régions, votre jardin a donc besoin d'une petite toilette. Les arbustes qui ne sont pas encore passés au sécateur peuvent encore être taillés, mais c'est la dernière échéance, après il sera trop tard.

Attention, les arbustes du printemps - cognassier et pommiers du Japon, deutzia, seringa, corrette ou groseillier à fleurs - ne doivent surtout pas être taillés en ce moment, ou ils n'auront pas de fleurs à donner quand viendra la belle saison.

Quelques arbres sont à tailler pour qu'ils rendent le meilleur d'eux-mêmes (fruits, fleurs, croissance), à commencer par le framboisier : si celui-ci pousse entièrement au soleil, couper à hauteur du genou, dans le vert. S'il est en partie à l'ombre, coupez de façon à le laisser avoir de la lumière sachant qu'il poussera exactement là où le soleil se pose. Enlevez les branches mortes, qui se cassent facilement, et débarrassez-vous-en.

Soigner les ornements

La glycine qui grimpe sur la façade de votre maison est sur le point de fleurir. Il vaut donc mieux s'assurer qu'on a taillé tout ce qu'on voulait et, si nécessaire, redonner un petit coup de sécateur, avant que n'arrive sérieusement le printemps. Cependant, prenez garde à ne pas tailler trop si vous comptez sur les fleurs blanches typiques de cette plante pour décorer votre maison. Les buissons, tels que l'if, le laurier ou le buis, ou les arbustes à fleurs d'été, comme l'altéa (une variété d'hibiscus vivace) sont à tailler avant que les fleurs ne démarrent. Les fusains (buissons) sont également à tailler en février et, comme le laurier-sauce, il faut les reformer, en éliminant les branches qui poussent à l'extérieur. Les arbustes à fleurs sont à tailler autour des branches qui portent des bourgeons mais sans toucher à celles-ci, pour favoriser la floraison.

Planter les bulbes, arracher la mousse

Planter les bulbes est encore possible, bien que très tardif : ceux-ci ne commencent généralement à sortir qu'à partir du printemps. Comme il s'agit de variétés facilement transplantables, vous pouvez encore aisément mettre en terre les oignons, échalotes, ails et autres tulipes. En revanche, il est encore trop tôt pour nettoyer vos massifs. Les pivoines  (ou autres fleurs d'été fragiles) que vous y avez planté n'y survivraient pas : elles qui commencent à peine à pointer leur nez devraient alors endurer que vous remuiez la terre et faisiez subir un examen approfondi aux massifs.

Dernier geste important (et qui peut prendre longtemps, selon la surface de votre jardin, son degré d'humidité et vos outils) est de dégager votre pelouse de toute la mousse qui s'y plaît et qui empêche l'herbe de respirer correctement. Prenez un râteau-grattoir (avec de longues dents souples en métal) et passez-le dans la pelouse, en appuyant un peu sur la tête. Les lames du râteau doivent passer entre les brins d'herbe, et ne récolter que la mousse qui est située au niveau du sol.

Si vous disposez d'un scarificateur, l'opération est moins pénible, mais toute aussi longue. Une fois la mousse entièrement ramassée, détruisez-la en la jetant au feu, ou en la mettant à la poubelle, mais ne la mettez surtout pas dans le compost, ou elle continuera de pousser en stérilisant tout le mélange organique. En effet, la mousse est un parasite qui, comme le champignon à certains égards, résiste assez bien à un environnement humide et carboné, donc qui se plaira bien dans un bac fermé.