Explorez l’univers de Tsuburaya, papa de Godzilla, dans ce doodle interactif

Article mis à jour le 

À l'occasion des 114 ans de la naissance d'Eiji Tsuburaya, Google y va de son doodle-hommage... - copyright Google
À l'occasion des 114 ans de la naissance d'Eiji Tsuburaya, Google y va de son doodle-hommage... - copyright Google

Eiji Tsuburaya, co-créateur de Godzilla et géant des effets spéciaux en son temps, aurait eu 114 ans ce 7 juillet 2015. Pour commémorer ce précurseur de l’illusion au cinéma, Google a composé un doodle particulièrement sophistiqué. Au programme : 10 mini-jeux dans la veine de Wario Ware.

Né au Japon le 7 juillet 1901 et mort en 1970, Eiji Tsuburaya a marqué de façon indélébile le cinéma de genre. Papa d’Ultraman et de Godzilla, son influence est aujourd’hui encore palpable dans bien des médiums. Celui que l’on surnommait le Maître des Monstres, devenu légende du cinéma japonais et hollywoodien, est peut-être avec Willis O’Brien et Ray Harryhausen l’un des grands noms des effets spéciaux. Du moins était-il le plus charismatique et respecté du Japon.

À l’inverse d’un Willis O’Brien – pionnier notamment célèbre pour la stop-motion de King Kong (1933) –, Tsuburaya opta pour une autre technique baptisée "suitmation" : il s’agissait de comédiens se glissant dans des costumes de caoutchouc. Acteurs qui arpentaient donc face caméra des maquettes de cités nippones, pour un résultat assez sensationnel façon Ed Wood. Le procédé, agrémenté d’éclairages et de fumées volumétriques,  fut par la suite utilisé trente années durant dans les fameux films de dakaiju. En découla quelques films cultes désormais considérés comme des références.

 

 

Un doodle en forme d’hommage, aux faux airs de Wario Ware

Pour célébrer cet artiste touche-à-tout notamment vénéré par Guillermo del Toro et consorts, la firme de Mountain View a donc réalisé 10 mini-jeux. En pratique, la tache s’avère ardue et les explications pas toujours claires. Mais il est néanmoins possible, après quelques essais, d’en venir à bout.

À noter que chaque séquence jouable de ce doodle correspond en quelque sorte au making of des effets spéciaux de Tsuburaya, qui aura travaillé sur près de 250 films. De la mise en place des décors aux lumières en passant par les costumes, tout y est. Pour y jouer, ça se passe ici.

 

Sources : google, blog-nouvelles-technologies