Pour faire baisser votre cholestérol, consommez des noix !

Article mis à jour le 

Les noix permettraient d'optimiser le bon cholestérol, et d'abaisser le mauvais
Les noix permettraient d'optimiser le bon cholestérol, et d'abaisser le mauvais

Les personnes en proie à l’obésité se voient prescrire des régimes draconiens, une activité physique intensive et même des opérations chirurgicales destinées à réduire la capacité de leur estomac. À défaut de faire mincir, la noix améliore le bon cholestérol et diminue le mauvais.

Au terme d’une nouvelle étude publiée par le Journal of the American Heart Association, les chercheurs de l’Université de Californie estiment avoir obtenu une preuve supplémentaire des vertus sanitaires associées aux noix. Ce fruit s’avère effectivement riche en graisses polyinsaturées, une substance améliorant certains marqueurs de la santé cardiovasculaire comme le cholestérol. Consommé quotidiennement et avec modération, il aide ainsi à contrecarrer les effets néfastes de l’obésité sur la santé.

Le déroulement de l’expérience

Pour mener ce test, les chercheurs ont sollicité 245 femmes obèses appartenant à une fourchette d’âge de 22 à 72 ans. Divisés en trois groupes, ces sujets ont été soumis à des régimes différents : le premier à une alimentation pauvre en graisses et riche en hydrates de carbone, le second à un régime riche en graisses et pauvre en hydrates de carbone, et enfin le troisième a bénéficié du même régime que le second, mais rehaussé de 42,5 g de noix. Le suivi de ces femmes s’est étalé sur 12 mois.

Les résultats

Six mois après le début de l’étude, les chercheurs ont scruté les premiers résultats. Tout d’abord, ils ont remarqué que les régimes n’ont eu que peu d’effet sur le poids. En moyenne, la perte de poids a stagné à seulement 8 % et la différence entre les trois groupes est quasiment nulle.

Le dernier groupe s’est toutefois distingué du lot en présentant une amélioration au niveau du bilan lipidique, avec des niveaux de LDL-cholestérol plus bas. Ce "mauvais cholestérol" responsable de la formation des plaques de graisses est notamment associé aux risques d’artères bouchées. De plus, les niveaux de HDL-cholestérol (le bon cholestérol) des membres de ce troisième groupe ont augmenté. À noter que ces changements se sont notamment confirmés chez les femmes sujettes à l’insulino-résistance.

 

Sources : pourquoidocteur, 20minutes