Faire du camping rétablirait le sommeil

Article mis à jour le 

Si on a tendance à perdre son train-train quotidien et oublier les horaires et les contraintes du temps lorsqu’on est en vacances, le camping, lui, ferait tout l’inverse et favoriserait notre sommeil et notre rythme de vie. D’après les chercheurs de l’université du Colorado, en plus de nous ressourcer, la vie à la "sauvage" rétablirait notre horloge biologique…

Alors qu’il revient peu à peu à la mode, le camping serait la clef d’un bon sommeil. Pour guérir les insomnies et remettre les pendules de votre horloge biologique à l’heure, une bonne semaine sous une tente serait un remède clef. Cela s’expliquerait en parti grâce à la proximité avec la lumière naturelle, qui permettrait un meilleur rythme à notre organisme, comme le montre l’étude menée par des chercheurs de l’université du Colorado.

Une horloge biologique déréglée de deux heures

Publiée dans la revue Current Biology, l’étude montre à quel point l’effet ressourçant du camping joue sur notre rythme de vie. L’analyse s’est déroulée dans un lieu type du camping, c'est-à-dire à la montagne, sans aucun appareil électrique. Par ailleurs, les participants ont pu choisir leur heure de lever et de coucher.

L’évolution en une semaine des campeurs est assez flagrante. Au début de l’expérience, ils avaient tendance à se coucher aux alentours de minuit et de se lever à 8 heures, chacun à leur rythme. À la fin de la semaine, leur rythme a reculé de deux heures et tous se levaient et se couchaient aux mêmes horaires.

Ils ont d’ailleurs analysé les fluctuations de la mélatonine - une hormone liée au sommeil. En général, le taux de mélatonine est souvent normal après le lever d’une personne vivant dans le monde "moderne".

Or, la vie en camping opère de grands changements concernant les taux. En clair, nous serions décalés de deux heures : c'est-à-dire qu’au lieu d’augmenter en début de soirée pour nous endormir, puis de redescendre et nous réveiller, dans le monde moderne, le taux de mélatonine resterait élevé deux heures après le sommeil ce qui expliquerait notre difficulté à être hors du lit au réveil.

Une dose de soleil pour dormir le mieux possible

Pour les scientifiques, l’explication relève tout simplement du milieu où l’on vit, soit dans le monde moderne, rempli d’écrans auxquels nos yeux ne peuvent pas échapper. En clair, nous ne profitons pas assez des rayons naturels du soleil mais plutôt des lumières artificielles que projettent les écrans de télévisions, smartphones, tablettes et ordinateurs. À force d’une telle surexposition, notre rythme biologique se dérègle.

L’expérience prouve que les participants ont pu retrouver un rythme naturel et se lever sans effort en début de matinée après un sommeil bénéfique, et ce grâce à la vie du camping. Il faudrait donc retrouver une vie similaire pour avoir un rythme de sommeil sain et réparateur. Les conseils seraient donc simples, il suffirait de maximisez son temps d’exposition à la lumière du soleil dès que possible, et bien que cela soit difficile, il s’agirait aussi de limiter l’usage personnel de lumière artificielle donc d’écrans. Encore faut-il être capable de se déconnecter de tout appareil électrique pendant ses vacances…

Sources : LAtimes ; Maxisciences