Le fait de ne pas ou mal dormir détruirait nos neurones…

Article mis à jour le 

D'après une étude de l'École de médecine de l'Université de Pennsylvanie, le manque de sommeil serait dévastateur pour notre cerveau : nombre de nos neurones seraient ainsi détruits parce que nous ne dormons pas suffisamment.

Vous ressentez le besoin de dormir ? Eh bien, sans doute feriez-vous mieux de ne pas lutter contre, car une nouvelle étude réalisée par l'École de médecine de l'Université de Pennsylvanie vient de mettre au jour un effet pour le moins néfaste lié à une carence en sommeil : la perte de neurones.

Afin de mener à bien cette étude, Sigrid Veasey, le membre du Centre du sommeil et de la neurobiologie circadienne à l'école Perelman, a travaillé en commun avec l'Université de Pékin. Le résultat de celle-ci, diffusé par la revue Journal of Neuroscience, a été repris par la BBC, qui souligne que des souris ont été utilisées comme cobayes et forcées à ne dormir que 4 à 5 heures par tranche de 24 heures. La conclusion est que les souris en question ont perdu pas moins d'un quart de leurs cellules nerveuses.

À en croire les chercheurs, ce serait la première fois que le lien entre manque de sommeil et perte de cellules du cerveau est prouvé. Or, les cellules concernées ne sont pas anodines : il s'agit des neurones locus coeuruleus (LC), comme le précise Medical Xpress. Leur disparition serait notamment liée au développement de maladies telles qu'Alzheimer ou Parkinson. Pire : le fait de ne pas dormir suffisamment sur le long terme induirait la perte de neurones primordiaux pour la vivacité et pour conserver des capacités cognitives optimales.

Un phénomène connu mais qui se confirme

Depuis des lustres, les scientifiques se demandent à quoi sert exactement le sommeil. D'ailleurs, pourquoi consacrons-nous un tiers de notre vie à dormir ? À ce sujet, les théories ne manquent pas, mais les plus évidentes estiment que le sommeil permet de récupérer de sa journée, d'optimiser le système nerveux, de mieux retenir les choses ou encore de retirer les toxines accumulées dans le cerveau.

De fait, la détérioration des capacités cognitives induite par le manque de sommeil n'est pas nouvelle. Toutefois, ce que met en avant la récente étude est le caractère irréversible des dommages causés. Ainsi, le fait de rattraper son sommeil ne servirait à rien, d'après Medical Xpress, et ne pas dormir assez entraînerait des dommages physiques nettement plus sérieux que ce que l'on imaginait jusqu'à présent.

Reste que les chercheurs à l'origine de l'étude se montrent prudents face à ces résultats. D'autres recherches sont ainsi nécessaires pour vérifier si les effets observés sont de mise chez les humains. À ce titre, l'équipe prévoit notamment d'étudier post-mortem les corps de travailleurs de nuit.

Sources : medicalxpress, jneurosci, Slate