Le fait de rester assis tue, que vous soyez sportif ou pas

Article mis à jour le 

Alors que Marisol Touraine abordait dimanche 21 juillet l'éventualité d'une interdiction de fumer dans les parcs et sur les plages, la ministre de la Santé pourrait-elle prochainement faire en sorte de retirer les bancs des parcs et proscrire la position assise sur la plage ? Si une telle possibilité peut sembler saugrenue, reste que les scientifiques sont formels : rester assis tue.

Après avoir lu ces quelques lignes, sans doute ne pourrez-vous pas réprimer l'envie soudaine de vous lever. Voilà quelques années que les spécialistes ne cessent de le répéter : la position assise est particulièrement néfaste pour la santé. Il y a un an, en juillet 2012, une étude australienne publiée dans les Archives of Internal Medicine – probablement composée depuis une chaise de bureau – mettait en évidence que le fait de rester assis tue. Et pour cause, les conclusions montraient alors que pas moins de 40 % des personnes assises plus de onze heures par jour sont victimes de 40 % de décès supplémentaires, en comparaison aux personnes assises moins de quatre heures.

Certes, mais une telle conclusion n'avait pas effrayé le moins du monde, la plupart des gens se disant que le fait de faire de l'exercice régulièrement suffisait à remettre ce résultat en question. Le problème, c'est qu'il n'en est rien. Ainsi, Runner's World, un site internet spécialisé dans la course, est parvenu à condenser l'ensemble des études abordant la question de la sédentarité. Baptisé "S'asseoir est le nouveau fumer, même pour les coureurs", l'article dédié au phénomène alerte de nouveau sur les dangers de la position assise. Élément nouveau : même les adeptes de l'exercice et les grands sportifs ne sont pas à l'abri des mises en garde.

D'une manière générale, il est en effet important, estime Runner's World, de rappeler que les études sont de plus en plus nombreuses à montrer que les personnes passant de nombreuses heures à rester assis meurent nettement plus tôt que ceux y consacrant moins de temps, et ce que l'on soit sportif ou pas.

Une remise en cause du sport comme rempart infaillible

Pour mener à bien son analyse, le site Runner's World cite Travis Saunders, un doctorant spécialisé dans l'exercice physique. Pour lui, si les recherches concluaient jusqu'à très récemment que faire 60 minutes ou plus d'exercice par jour permettait d'être considéré comme physiquement actif et donc intouchable, d'autres études estiment désormais que cet état de fait n'est pas incompatible avec la sédentarité. Autrement dit, la position assise augmente considérablement le risque de décès et de maladie, même lorsqu'on fait beaucoup d'exercice.

Pour le chercheur américain, le principal problème est que notre corps est par définition fait pour bouger, et donc pas pour rester assis. Un constat partagé par le professeur Marc Hamilton, directeur du département Inactivité physique au Pennington Biomedical Research Center. Pour expliquer le phénomène, celui-ci souligne que lorsque nos muscles, et ce surtout dans le cas des muscles de nos jambes, sont immobiles, cela a pour effet de ralentir notre circulation sanguine. Résultat : nous utilisons moins de sucre de notre sang et brûlons peu de graisses, ce qui a pour corollaire d'aggraver les risques de diabète et de maladies cardiaques.

Un lien entre la position assise et le cancer

Toujours du côté des mauvaises nouvelles, l'institut de recherche américain sur le cancer a récemment réussi à établir un lien entre la sédentarité, à savoir la position assise, et le cancer du sein ou du côlon. Par exemple, d'après le Alberta Health Services-Cancer Care, situé au Canada, l'inactivité entraîne chaque année 49 000 cas de cancer du sein, 43 000 cas de cancer du côlon, 37 200 cas de cancer du poumon et 36 000 cas de cancer de la prostate.

Quelques conseils pour éviter ce phénomène

Tandis que l'inquiétude bat son plein, voici quelques astuces publiées par le site internet Walking about pour limiter le phénomène. Ainsi :

- procurez-vous un podomètre de façon à savoir combien de pas vous effectuez chaque jour, ce qui pourra vous motiver à en effectuer davantage ;

- faites une pause debout toutes les trente minutes ;

- effectuez vos appels debout et en marchant ;

- déplacez-vous pour aller parler à vos collègues, plutôt que de leur téléphoner ou de leur envoyer des mails.

Sources : ncbi, runnersworld, obesitypanacea, pbrc.edu, walking.about, Slate