La fatigue chronique, une maladie biologique et non pas psychologique

Article mis à jour le 

copyright wikimedia commons
copyright wikimedia commons

Et si la fatigue chronique ne s’expliquait non pas sous le prisme de la psychologie mais bel et bien de la biologie ? C’est l’hypothèse que vient de mettre en avant une étude rendue publique via le journal Science Advances.

Jusqu’à aujourd’hui, le syndrome de la maladie chronique, appelé encéphalomyélite (ME/CFS) avait laissé plus d’un spécialiste sur le carreau. À l’origine d’une fatigue irrépressible, de douleurs musculaires, de maux de tête ou encore de soucis de concentration, cette maladie pourrait néanmoins s’expliquer. Une étude publiée dans le journal Sciences Advances estime en effet que les millions de personnes touchées par la ME/CFS ne le sont pas à titre psychologique.


Un virus à l’origine de la fatigue chronique ?

Des chercheurs de la Mailman School, parmi lesquels le professeur en épidémiologie Mady Hornig, ont passé au crible les niveaux de 51 marqueurs du système immunitaire dans le plasma de 298 malades et de 348 personnes en bonne santé. Résultat : le sang des personnes touchées par la maladie s’est avéré renfermer davantage de molécules cytokines, à l’inverse de celles en bonne santé.

Néanmoins, ces niveaux de cytokine ne pourraient expliquer à eux-seuls des symptômes aussi graves et variant quotidiennement. Car les malades souffrent certains jours et pas d’autres. Les scientifiques pensent toutefois que les malades atteints de ME/CFS sont touchés directement par les cytokines jusqu’à la troisième année à peu près. Et c’est à ce moment là que le système immunitaire commencerait à montrer des signes de fatigue, tandis que les niveaux de cytokine diminueraient.

Cette mise au jour pourrait ainsi confirmer la théorie selon laquelle la ME/CFS toucherait des patients sensibles par ailleurs concernés par un virus comme Epstein-Barr (qui entraîne des mononucléoses), qui n’y résistent pas. Pour cette raison, les auteurs de l’étude affirment qu’il s’agit bien d’une maladie biologique intégrant différentes étapes, et non pas d’un simple désordre psychologique.


Sources : lci, pourquoidocteur