Faudra-t-il boire ses repas pour augmenter sa productivité au travail ?

Article mis à jour le 

Image tirée d'une vidéo de présentation Soylent - copyright Solylent
Image tirée d'une vidéo de présentation Soylent - copyright Solylent

Les forçats de la Silicon Valley seraient de plus en plus nombreux à adopter le régime liquide, nouvelle recette visant à augmenter la productivité des startups californiennes. Il s’agit d’un breuvage à base de poudre protéinée rassemblant l’ensemble des nutriments nécessaires à la survie. On n’arrête pas le progrès…

Non, il ne s’agit pas d’une mauvaise blague. Le monde dépeint jadis par Charles Chaplin dans Les Temps modernes, dans Soleil vert de Richard Fleischer ou encore par Barjavel, n’est pas loin. Et pour cause : aux États-Unis, des startups obscures tout juste autorisées par la Food and Drug Administration (FDA) fabriquent des boissons nommées Soylent, Schmoylent ou encore Schmilk. Des préparations contenant suffisamment de glucides, de lipides et de protéines pour permettre à l’organisme de résister au quotidien. Au programme : 2 000 calories pour moins de 10 dollars.


Des dizaines de millions de dollars d’investissement

Si l’on en croit les nombreux articles consacrés au phénomène par le New York Times, la tendance n’est pas à prendre à la légère. Certes, le succès rencontré par ces concoctions est encore difficile à évaluer, mais la demande atteint déjà des sommets. Tandis que certaines entreprises n’hésitent pas à investir des millions de dollars pour cette solution. À noter toutefois que Google ou Facebook ne se sont pas résolus à adopter cette logique et offrent à leurs salariés des repas mitonnés par des chefs.

La société Soylent, qui travaille depuis 2013 sur sa formule, a procédé à de nombreux essais. Son fondateur a notamment rapporté au départ une overdose de potassium, entraînant arythmie cardiaque et hypertension. Mais entre temps, des gastro-entérologues et des nutritionnistes se sont penchés sur la question. Toutefois, les spécialistes restent sceptiques vis-à-vis d’une telle alimentation. Soylent est notamment composé de farine d’avoine, de maltodextrine pour les sucres, de protéine de riz, d’huile de tournesol en guise de graisses ou encore de poisson côté acides gras.

Sans surprise, les premiers à avoir goûté la potion affirment avoir eu l’impression de manger de la pâte à crêpes ou du carton. Reste qu’aux yeux des défenseurs du régime liquide, le principal est le rendement. Un raisonnement effrayant notamment partagé par Elon Musk, le CEO de SpaceX et Tesla Motors. Gageons que cette philosophie ne gagne pas toutes les entreprises de la Silicon Valley.


Sources : SFist, theeconomictimes, 20minutes