Les femmes percevraient leur corps différemment selon leur milieu social

Article mis à jour le 

D'après un sondage CSA pour "20Minutes" et Terrafemina, les femmes auraient une conception variable de leur corps en fonction de leur catégorie sociale.

La chose n'est nouvelle pour personne : alors que certaines femmes sont satisfaites de leurs corps, d'autres préfèrent quant à elles l'oublier. Selon un sondage 20Minutes/Terrafemina/CSA effectué sur internet du 19 au 27 février 2013 et publié ce mercredi, la perception chez les femmes du corps divergerait d'un milieu social à un autre. Ainsi, si 74 % des femmes cadres sondées jugent que leur corps fait partie intégrante de leur identité, les employées et ouvrières ne seraient pour leur part que 54 % à partager une telle vision.

Une différence qui s'expliquerait par le fait que les femmes de catégories supérieures sont les plus heureuses de leur corps (58 %), alors que les ouvrières ont un rapport plus difficile avec ce dernier – 32 % s'en disent même insatisfaites. D'après de nombreux sociologues et psychologues, les gens sont de plus en plus nombreux à considérer leur apparence physique comme un élément déterminant. Or, le corps ne peut être source d'identification que si on le trouve beau.

L'apparence, un critère parfois discriminatoire dans le monde du travail

D'une manière générale, les ouvrières et les employées consacrent moins de temps et d'argent pour prendre soin de leur corps. Ces dernières sont aussi souvent plus sévères quand il s'agit de juger leur corps et ne préfèrent pas s'identifier à lui. Comme le souligne le sociologue Jean-François Amadieu, ces femmes s'identifient plus volontiers à leur maternité ou leur appartenance à une région. 22 % d'entre elles estimeraient même que leur corps est un handicap au quotidien, notamment dans le monde du travail. À noter que d'après le baromètre du 14 janvier 2013 sur la perception des discriminations dans le travail, l'apparence physique est le sixième critère de discrimination en France.

À l'inverse, 23 % des cadres jugent que leur corps est un atout et sont même 36 % à le considérer comme "un critère de reconnaissance". Pour beaucoup, cette perception découle du fait que ces femmes sont plus influencées que les autres par le diktat de la beauté diffusé par les médias et la publicité. Par ailleurs, ces dernières ont conscience que leur apparence peut jouer un rôle important d'une part pour dénicher un conjoint, de l'autre pour accélérer sa carrière. Cette différence dans le rapport au corps et à l'identité d'un milieu social à l'autre semble s'être considérablement accélérée au cours des dernières années.

Sources : CSA, 20Minutes