La Journée Nationale du Fromage, un devoir de citoyen ?

Article mis à jour le 

Le 8 avril, c'est la journée du fromage, peut-être la deuxième fête nationale française ? Les variétés de fromages sont si nombreuses en France qu'il en existe assez pour chaque jour de l'année. Le "Pays aux 300 fromages" en compte en réalité plus de 1 000, soit assez pour combler une vie entière. Les produits fromagers français sont en effet vantés et enviés à travers le globe. Depuis le Japon jusqu'au Canada, en passant par la Malaisie ou le Brésil, les humains aiment le fromage, dans certains pays plus que dans d'autres. Pourtant, ce produit est en voie de disparition.  

Loin d'être un stéréotype, le fromage fait partie de la culture française, tant et si bien que l'UNESCO a inscrit en 2010 le repas gastronomique français au patrimoine culturel immatériel de l'humanité, car le fromage est mis en avant, entre autres aliments savoureux. Ainsi, il est très apprécié dans le monde, notamment en Europe, où il se déguste aussi bien sur une tranche de pain, qu'en sauce, en salade, en sandwich, etc. L'utilisation du fromage n'a aucune limite. Dans le monde, l'Europe est en tête parmi les plus consommateurs de fromage.

La consommation européenne et mondiale du fromage

Aussi, les Allemands en consomment 20,7 kg par habitant chaque année, suivis de près par les Suisses avec 18,6 kg, quasiment autant que les Autrichiens avec 18,3 kg. La fracture survient avec l'Amérique puis l'Asie. En effet, la consommation des Etats-Unis s'élèveraient à seulement 14 kg par habitant chaque année, et essentiellement dans des burgers et autres snacks. Pire encore, les Canadiens en mangeraient moins de 10 kg.  En Amérique Latine, les différences sont plus grosses entre l'Argentine qui consomme plus de 12 kg alors que son voisin le Brésil n'en consomme que 3 kg.

En Asie, on passe en dessous de la barre du kilo, avec 300 grammes de fromage par habitant en Malaisie, 200 grammes en Chine et 100 grammes seulement aux Philippines et en Thaïlande. Au Japon,  le fromage est considéré comme un produit de luxe, étant importé presqu'exclusivement de France. La consommation des japonais s'élève à 2 kg en moyenne par an par personne. Avec 24 kg par an, le Français moyen consomme 12 fois plus de fromage que le Japonais moyen, et 8 fois plus que le Brésilien moyen, et 240 fois plus que le Thaïlandais moyen.

Fromages divers

La consommation française de fromage

Les Français consomment du fromage pour 96 % d'entre eux, parmi lesquels 81 % déclarent que tout le monde aime le fromage à la maison et 73 % estiment que le fromage est un aliment qui se consomme sans se lasser. Aussi, les Français consommeraient 24 kg par an par habitant, et se retrouverait donc en tête des pays les plus consommateurs de fromage en Europe et dans le Monde. Les deux fromages les plus appréciés sont l'emmental, essentiellement pour la cuisine, et le camembert. Parmi les 1 000 variétés, les fromages les plus consommés sont ensuite les chèvres, le coulommiers et le comté, suivi d'un peu plus loin des bleus.

Si les hommes préfèrent les fromages forts tels que le camembert ou le roquefort, les femmes préfères les fromages moelleux et doux comme le reblochon. Toutefois, hommes comme femmes estiment à 88 % que le fromage est bon pour la santé, que c'est d'ailleurs un produit indispensable (84 %) parfaitement adapté aux manières de vivre actuelles (81 %), selon Androuet, "maitre Fromager Affineur à Paris depuis 1909". Ce produit historique est définitivement indémodable et essentiel. Ce n'est donc pas pour rien que la France détient sa réputation : c'est le pays qui produit le plus de fromages dans le monde.

Coulommiers

L'authenticité, un gage de qualité souvent malmené

Qu'il soit de brebis, de chèvre ou de vache, le fromage peut être cru ou cuit, à température variée définissant son gout unique qu'aucun pays n'a su reproduire. Ce patrimoine est encore protégé grâce au roquefort qui, en 1925, a bénéficié pour la toute première fois d'un label de protection. Eh oui, car le fromage n'est pas un produit de consommation comme les autres, il fait partie intégrante de l'Histoire du pays. Aussi, le savoir-faire est inconnu et se transmet généralement de père en fils.

C'est pourquoi, depuis 1925, un autre label a vu le jour, garantissant l'origine des fromages. Ceux-ci peuvent donc être d'origine contrôlée ou protégée. De cette façon, les pays frontaliers ou autres concurrents sont écartés, et le vrai fromage traditionnel français avec un goût, une couleur et une consistance de fromage peut être reconnu à l'achat. C'est comme ca que le gruyère français, de qualité infiniment supérieure à son homologue suisse, détient désormais l'Indication géographique protégée (IGP), garantissant sa nationalité, et donc sa qualité. Cependant, si le fromage trouve toujours autant de consommateurs, sa qualité et son authenticité ont, depuis 50 ans, considérablement chuté.

Fromage de Sartène

Le fromage en voie de disparition ?

France Info rappelait en novembre 2012 que certains fromages étaient en voie de disparition, et d'autres se sont déjà éteint, comme la galette des Monts d'Or ou le vacherin d'Abondance, au malheureux profit des Babybel, Kiri et autre copie plastique et industrielle. Le drame s'étend plus loin puisque la Fourme de Montbrison, victime de son succès, subsiste et survit encore grâce à 3 producteurs. Cette situation n'est pas prête de s'arrêter, bien au contraire : de plus en plus de fromages sont voués à disparaitre, selon Véronique Richez-Lerouge, de l'association Fromages de Terroirs.

En effet, les grosses firmes d'agro-alimentaires rentrent dans les associations de fromagers et changent les cahiers des charges, l'allègent afin de pouvoir faire des fromages industriels, au lait pasteurisés et à la chaine. Ainsi, les fromages ne sont pas "mauvais" en soit et le gout est conservé plus longtemps. Mais il n'est en rien comparable au goût d'un véritable fromage. L'inconvénient de cette situation, c'est que le petit producteur ne peut pas lutter et doit mettre la clef sous la porte, abandonner sa production.

Fromage industriel

C'est donc l'occasion rêvée pour les amateurs de fromages d'allier l'utile à l'agréable en rendant visite à votre fromager et de servir ainsi une noble cause. Les fromages souffrent d'une réputation de produits très caloriques, et pourtant, tous ne le sont pas. Aussi, un bout de temps en temps est très bon pour la santé. Voici les valeurs énergétiques des fromages les plus courants selon Auféminin.com, pour un morceau de 100 grammes : environ 350 Kcal pour les bleus, 315 Kcal pour les fromages à pâte molle (camembert, Brie, ...) ; 360 Kcal pour les fromages à pâte pressée (mimolette, emmental, Gouda, Comté, ...) ; 287 Kcal pour les fromages italiens (ricotta, mozzarella, gorgonzola, mascarpone, ...) ; 278 Kcal pour les fromages de chèvre et de brebis et entre 260 et 435 Kcal pour les fromages à tartiner.

Fromager

Sources : Ambassade de France ; produits-laitiers.com ;