Foie gras : les Français sont nombreux à refuser d'en acheter par éthique

Article mis à jour le 

C'est un sondage OpinionWay effectué pour une association de défense des animaux qui l'affirme : les Français seraient un tiers à ne pas acheter de foie gras compte tenu de la technique controversée de gavage des oies et des canards.

Depuis de nombreuses années, qui dit repas de Noël dit mets de fête tels que le saumon, la bûche et bien sûr le foie gras. Néanmoins, comme le montre un sondage OpinionWay dont le commanditaire n'est autre que l'association de protection des animaux L214, cette spécialité culinaire n'est pas au goût de tout le monde. Les résultats de l'enquête soulignent en effet que 29 % des Français refusent tout simplement d'acheter du foie gras par éthique, notamment en raison de la souffrance animale induite par le gavage. C'est 10 points de plus que l'étude précédente réalisée en 2009.

Toutefois, la plupart des personnes interrogées (70 %) ne tiennent pas compte de ce critère au moment de faire leur choix. Ce qui n'empêche pas 44 % des sondés d'être pour l'interdiction du gavage, une technique reposant sur le fait d'alimenter en abondance et de force les oies et les canards dans le but de les engraisser. À noter que certains pays ont d'ores et déjà interdit cette pratique, tels que l'Argentine, la Norvège, la Suisse ou encore l'Israël.

En France, les foies gras sont tous obtenus par gavage

Comme l'indique le Code rural, un foie gras, en France, est obligatoirement obtenu à l'issu d'un gavage. Pourtant, la majorité des personnes ayant participé à l'étude OpinionWay préfèreraient qu'une autre technique soit appliquée. Compte tenu des attaques de plus en plus nombreuses et des recommandations européennes, les professionnels et chercheurs français étudient des alternatives telles que l'engraissement spontané. Malheureusement, les résultats ne sont pour l'heure pas au rendez-vous.

Si les associations de lutte contre le gavage indiquent que la consommation française de foie gras est en baisse (- 11 % en volume sur les dix premiers mois de 2013, selon une note FranceAgrimer), le Cifog, l'interprofession du foie gras, a quant à elle annoncé des ventes en hausse, en dépit d'un marché français encore moribond. Mais les jeux ne sont pas encore faits puisque le mois de décembre représente la moitié des quantités vendues chaque année…

Sources : OpinionWay, L214, StopGavage