En France, 3 lycéens sur 5 ont déjà connu l'ivresse

Article mis à jour le 

Si la présence de l'alcool dans le quotidien des collégiens et lycéens – parfois coutumiers des soirées arrosées – ne fait depuis longtemps aucun doute, les chiffres publiés ce mardi par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) permettent cette fois de quantifier le phénomène. Et le résultat est alarmant : un collégien français sur six et trois lycéens sur cinq reconnaissent en effet déjà avoir été ivres.

En s'appuyant sur les données de deux enquêtes scolaires internationales (Espad et HSBC), l'étude du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) met en évidence que les comportements d'alcoolisation effective, à l'instar des ivresses, sont de plus en plus courant au cours de la période collège-lycée. Si 7 % des élèves de 6ème reconnaissent avoir déjà été ivres, le pourcentage atteint 69 % en terminale.

Une consommation de plus en plus fréquente

De même, les élèves sont 39 % en 4ème et 79 % en 1ère à avouer avoir absorbé au moins un verre d'alcool durant le mois précédant l'enquête. Un phénomène qui se stabilise toutefois en terminale. D'autre part, la consommation régulière d'alcool (soit au moins dix fois lors du mois précédent l'enquête) passe quant à elle de 3 % en 4ème à 24 % en terminale.

Près de 60 % des élèves de 6ème ont déjà consommé de l'alcool

Résultat, souligne l'étude du BEH, l'alcool n'est autre que "la substance psychoactive la plus précocement expérimentée à l'adolescence", et ce souvent dans un contexte familial dans la mesure où 59 % des élèves de 6ème déclarent avoir déjà absorbé de l'alcool. Une proportion qui grimpe jusqu'à 93 % en terminale.

À noter que les boissons alcoolisées les plus appréciées chez les jeunes changent en fonction de l'âge. Si les collégiens indiquent avoir un faible pour le cidre et le champagne, les lycéens citent pour leur part la bière et les alcools forts. Les filles seraient néanmoins deux fois moins nombreuses que les garçons à consommer régulièrement de l'alcool.

Un comportement qui tendrait toutefois à se rapprocher de celui des jeunes hommes sur la période 18-25 ans, si l'on en croit une enquête réalisée en 2010 par l'Inpes (Institut national de prévention et d'éducation pour la santé) et l'OFDT (Observatoire français des drogues toxicomanies). Pour preuve, les ivresses féminines se seraient multipliées par deux entre 2005 et 2010.

Une tendance qui se poursuit et s'amplifie chez les étudiants

De même, selon la même enquête, le nombre d'étudiants concernés par les ivresses répétées s'est multiplié par deux entre 2005 et 2010, tandis que les alcoolisations ponctuelles importantes (à partir de six verres en une seule occasion dans le mois écoulé) touchent pas moins d'un tiers des 2 838 jeunes étudiés.

Enfin, pour les jeunes hommes de 18 à 25 ans, la bière est la boisson alcoolisée la plus consommée (39,3 %), suivie par les alcools forts (29,5 %), le vin (22,4 %) et les autres alcools (9 %). Pour les jeunes femmes, c'est le vin qui arrive en tête (14,3 %), suivi par les alcools forts (11,1 %). La bière n'arrive quant à elle qu'en troisième place.

Sources : BEH, OFDT, Inpes, Le Parisien