En France, un litre sur cinq d'eau potable serait gaspillé dans des fuites

Article mis à jour le 

L'équivalent de 430 000 piscines olympiques d'eau potable serait gaspillé chaque année en France, selon une enquête réalisée par 60 millions de consommateurs et diffusée ce jeudi. Principal responsable : les fuites.

Pas moins de 1 300 milliards de litres d'eau seraient perdus chaque année en France à cause de fuites de canalisations. C'est du moins ce que révèle une enquête menée par 60 millions de consommateurs et la Fondation France Libertés. Ainsi, en France, le taux de fuite serait en moyenne de 3 400 litres par jour pour chacun des 850 000 kilomètres de canalisations jalonnant le pays.

Comme le met en évidence le magazine, les fuites sont courantes et c'est pourquoi 1,3 milliard de mètres cube d'eau traités dans les usines ne parviennent jamais jusqu'au robinet des consommateurs. Ce qui correspond à 20 % de volume perdu, mais toutefois payés par les consommateurs, même si cela ne figure pas sur les factures. En s'appuyant sur les informations de l'Office nationale de l'eau et des milieux aquatiques (Onema), 60 millions a réalisé un classement des fuites à travers les 101 villes préfectures de métropoles et des DOM.

Plus de 50 % de fuites dans certaines villes

Or, deux villes préfectures sur trois ne réussissent pas à atteindre l'objectif national établi par la loi Grenelle II de 2010, à savoir parvenir à un taux de fuites limité à 15 % de l'eau produite, d'après l'étude. Pire : dans 25 % des préfectures, ce taux atteint 25 %. Par exemple, à Digne-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence), le taux est de 54 %, mais aussi 48 % à Bar-le-Duc (Meuse), 46 % à Saint-Denis de la Réunion, 41 % à Fort-de-France (Martinique), 37 % à Nîmes (Gard) ou encore 36 % à Tulle (Corrèze) et Evreux (Eure). Parmi les premiers de la classe, d'après 60 millions, on trouve Le Mans (Sarthe) et Rennes (Ille-et-Vilaine) avec 4 %, juste devant Blois (Loir-et-Cher) et Orléans (Loiret).

À noter que les performances des grandes villes sont assez disparates : Paris intra-muros atteint 8,3 %, Lyon 17,8 %, Marseille 15 %, Toulouse 11 %, Lille 18 %, Nice 19 % et Bordeaux 15,7 %.

Comment réduire ce gaspillage ?

Pour 60 millions de consommateurs, entre 1,5 et 2 milliards d'euros devrait être investis pour effectuer des travaux d'entretien chaque année. C'est deux fois plus que la somme actuellement allouée. D'après le ministère de l'Écologie, la plupart des fuites seraient relatives à des problèmes de branchements et des recherches seraient en cours pour améliorer la situation.

Sources : 60millions-mag, lefigaro