Les fraudes aux prestations familiales en forte augmentation

Article mis à jour le 

D'après une information de RTL, près de 21 000 cas de dossiers de fraudes aux prestations familiales ont été identifiées dans le courant de l'année 2013. Pour un montant total de 141,4 millions d'euros.

Le gouvernement ne compte pas ralentir sa lutte contre la fraude aux prestations sociales de sitôt. En 2013, les fraudes aux prestations familiales ont en effet décollé de 16,5 % en comparaison à 2012. Résultat, pas moins de 20 937 cas ont ainsi été relevés pour un montant total de 141,4 millions d'euros, comme l'a souligné RTL ce vendredi matin. À noter qu'en 2012, 17 974 cas de fraudes avaient été recensés, d'après les chiffres de la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf).

Les prestations ayant enregistré le plus de fraudes sont les aides au logement, le revenu de solidarité active (RSA) ou encore l'allocation de logement à caractère social (ALS) dont bénéficient les personnes à faibles ressources sans charge de famille. À l'inverse, les allocations familiales sont pour leur part faiblement touchées (moins de 10 %, selon RTL). Toutefois, la non-déclaration de concubinage permettant de continuer à percevoir l'allocation de parent isolé est aussi courante.

Enfin, pas moins de 2/3 des fraudeurs renseignent des ressources plus réduites de façon à ne pas dépasser le plafond ouvrant l'accès à une aide.

Vers un renforcement des contrôles

Faut-il comprendre par cette recrudescence que les Français ont plus fraudé qu'en 2012 ? Pas nécessairement, car cette remontée des fraudes s'explique surtout par la multiplication des contrôles, désormais plus nombreux et mieux ciblés. Ainsi, d'après RTL, pas moins de 4 millions de contrôles supplémentaires ont été réalisés par rapport à 2012. Grâce aux nouveaux systèmes informatiques mis en place, il est désormais plus facile d'identifier à l'avance les dossiers suspects, entre autres via la technique du profilage.

Aujourd'hui, les ordinateurs sont en effet capables de recouper des fichiers dans tous les sens. Ce qui permet aux contrôleurs d'obtenir les informations des allocataires aussi bien via les organismes sociaux tels que Pôle Emploi ou du fisc, que les fournisseurs d'énergie ou les banques. Rappelons que les fraudes identifiées par la Caisse nationale d'allocations familiales (Cnaf) avaient enregistré une augmentation de 20 % en 2012 (110 millions d'euros).

Aussi : Allocations familiales : comment fonctionne la détection des fraudeurs

Sources : rtl, lefigaro, latribune, leparisien