Fumeur et non fumeur ont-ils le même coût pour l'employeur ?

Article mis à jour le 

On n’arrête plus de les pointer du doigt, les fumeurs seraient plus cher pour leur employeurs d’après une récente étude américaine. Après avoir analysé les employés du secteur privé, ils en sont venus au constat qu’un employé qui fumait leur coûterait 4 600 euros de plus qu’un non fumeur. Les pratiques que cause la consommation de cigarettes (pause, dépendance, dépense en santé) ruineraient les employeurs.

D’après les chercheurs de l’Université d’Etat de l’Ohio, les dépenses pour un fumeur employé dans le privé varient entre 2 200 et 7 730 euros par an selon les secteurs. L’étude publiée par la revue Tobacco Control dévoile qu’en moyenne un fumeur coûte 4 600 euros à son employeur car il engendre des surcoûts importants.

Les pauses cigarettes : une ruine pour l’employeur

Les pauses cigarettes, souvent débattues, sont les premières à en être la cause. En moyenne, elles causeraient un manque à gagner d’environ 2 350 euros par an, bien que l’étude ne précise pas si elles sont similaires à celles prises par les non-fumeurs.

Une ancienne étude publiée par Tobacco Control déclarait que les fumeurs étaient des employés plus absents et moins productifs en raison de la dépendance à la nicotine. Ces particularités ont un coût : l’absentéisme fréquent des fumeurs est évalué à 395 euros et le manque de productivité à 353 euros. Pour finir, avec près de 73 000 décès par an à cause de la cigarette, les dépenses en santé sont un surcoût pour les employés qui s’assurent eux-mêmes et atteignent ainsi 1 570 euros.

Dissuader l’employé de fumer

L’étude veut pousser les patrons à adopter les bonnes décisions en ce qui concerne leur règlement face au tabac. Ainsi certaines sociétés américaines mettent en place des systèmes pour dissuader de fumer. Quelques entreprises imposent un supplément de cotisation pour leur assurance santé. De façon plus radicale d’autres refusent d’employer les fumeurs ou encore ils les licencient donnant pour cause que le fumeur n’a pas arrêté de fumer dans la période donnée.

Alors qu’en France, la cigarette électronique sera probablement supprimée dans les lieux publics, donc dans l’entreprise, son utilisation pourrait pourtant éviter des trop lourdes dépenses pour l’employeur.

Dans l’Hexagone, fumer relève du domaine privé, tout refus d’employer un fumeur est donc interdit car discriminatoire selon l’article L1132-1 du code du travail. Quant à la pause cigarette, sa durée est livrée au libre choix du chef de l’entreprise, en revanche le temps d’une simple pause quotidienne est de vingt minutes pour une durée de six heures.

Sources : TobaccoControl ; FranceTvInfo et Viesdefamille