La gale fait son retour en France : comment savoir si vous êtes touché ?

Article mis à jour le 

Depuis quelques jours, les autorités sanitaires ont identifié plusieurs foyers de gale dans l'Hexagone, entre autres dans le sud-ouest du pays. Mais au fait, en connaissez-vous vraiment les symptômes ? Tour d'horizon de cette maladie qui regagne chaque année du terrain, en France.

Pour beaucoup, la gale est considérée comme une pathologie taboue qui répugne dès son évocation. Pourtant, contrairement aux idées reçues, si cette dernière est particulièrement pénible, elle n'est en réalité pas toujours liée à un manque d'hygiène et un simple contact de peau peut la transmettre.

Depuis quelques semaines, les autorités sanitaires du Midi-Pyrénées ont observé une importante recrudescence de la maladie et ont invité à la vigilance. En 2013, pas moins de 88 foyers ont été constatés, et deux depuis janvier. Tandis que la gale ne cesse de toucher plus de personnes tous les ans, voici un récapitulatif de ce dont il faut se méfier.

Gale, késako ?

La gale est une maladie de la peau entraînée par un parasite de type acarien, baptisé sarcopte. Microscopique, celui-ci est capable de se glisser dans la peau de la personne et creuse dans l'épiderme de la personne infectée afin d'y pondre ses œufs. En découlent d'importantes démangeaisons, en particulier la nuit. Très contagieuse, la gale se transmet particulièrement en cas de contact prolongé entre deux peaux, notamment dans les familles ou les couples. Parfois, la contamination peut même se faire en serrant la main de quelqu'un ou dans les transports en commun.

Comment expliquer ce retour ?

La plupart l'ignorent, mais la gale est classée parmi les infections sexuellement transmissibles (IST). Tout comme les autres IST (syphilis, gonocoque, chlamydia…) réintroduites ces dernières années faute de prévention et de protection, la gale est récemment réapparue en France. Un rapport sexuel ou un contact prolongé de la peau suffit à la transmettre.

Comment se manifeste-t-elle ?

Une fois que les œufs pondus au sein de l'épiderme éclosent, ils se nourrissent alors des peaux mortes. Ce qui entraîne alors ce qu'on appelle des prurits, débouchant sur de très violentes démangeaisons. Une importante partie du corps peut dans ce cas être touchée par ces lésions, à l'instar des aisselles, des doigts, des organes génitaux ou encore des fesses. À noter que l'incubation peut durer un mois à six semaines.

Une maladie qui se soigne facilement

À condition toutefois de la diagnostiquer assez vite, la gale se soigne facilement. Mais le médicament Ascabiol, connu pour son efficacité, est en pénurie depuis un an en France, comme le met en évidence Le Figaro. Un contretemps problématique, sachant que les deux autres médicaments disponibles (Stromectol et Spregal) sont déconseillés pour les asthmatiques et les plus jeunes. Des substituts existent, mais seulement à l'hôpital. En outre, ces traitements sont coûteux : 75 euros par personne, non remboursé par la sécurité sociale.

Comment éviter la gale ?

IST oblige, le préservatif est de rigueur lors d'un rapport sexuel. Sachez par ailleurs que dans le cas où une personne de son entourage proche est touchée, il est alors nécessaire de traiter à la fois le malade et l'ensemble de son environnement. Pour ce faire, l'idéal est de laver les vêtements et le linge de maison à 60 degrés ou en utilisant un acaricide. Il est aussi possible de traiter les tissus de la maison avec un vaporisateur.

Sources : Ameli-sante, BFM, LeFigaro