Gaz : pourquoi les prix s'apprêtent à baisser (sensiblement)

Article mis à jour le 

D'après les chiffres révélés par Le Figaro, les tarifs réglementés du gaz devraient baisser légèrement, de 0,1 à 0,3 % en fonction des modes d'utilisation, au 1er décembre.

Selon Le Figaro, les prix du gaz vont reculer de 0,1 à 0,3 % le 1er décembre. Une baisse limitée qui succède à la hausse de 0,6 % d'octobre, augmentation la plus importante depuis janvier (2,4 %), qui avait concerné 9 millions de foyers fidèles à GDF Suez. Cependant, d'une manière générale, la courbe des prix du gaz est plutôt calme depuis début 2013 : les prix auront grimpé entre 0,7 et 0,8 % cette année.

Une dépendance aux prix du pétrole limitée

Désormais, l'heure n'est plus aux hausses soudaines de prix, quelquefois à deux chiffres sur un seul trimestre. Non, le gaz naturel, en plus d'être incolore, est dorénavant devenu indolore ou presque. Depuis fin 2012, ses tarifs réglementés sont en effet corrigés tous les mois, et non plus chaque trimestre. D'autre part, avec la réforme, le mouvement de ces derniers est surtout baissier, sans doute sous l'influence d'une nouvelle formule de calcul plus favorable aux consommateurs. Désormais, le calcul est moins dépendant des tarifs du pétrole brut : c'est le cours du gaz qui rentre en compte. À noter que le prix du baril de pétrole ayant baissé au cours des derniers mois, le recul a entraîné la révision de la facture des abonnés GDF.

Toutefois, personne ne sait pour l'heure jusqu'à quand cette tendance, qui dépend à la fois du cours du pétrole, du taux de change et du cours du gaz naturel, va se poursuivre. Quoi qu'il en soit, à partir de l'année prochaine, les ménages abonnés au gaz vont devoir s'acquitter de la taxe intérieure sur la consommation de gaz naturel (ICGN), et ce pour la mise en place de la contribution climat-énergie, dite "taxe carbone". Un phénomène qui devrait déboucher sur une augmentation de 75 euros pour un ménage consommant 17 mégawatheures chaque année.

Sources : LeFigaro