Google a déposé un brevet pour un ours en peluche connecté façon Ted

Article mis à jour le 

Quand Google s'immisce dans les peluches pour enfants... - iStockPhoto
Quand Google s'immisce dans les peluches pour enfants... - iStockPhoto

La firme de Mountain View a récemment déposé un brevet pour un ours en peluche connecté, une invention a priori innocente mais à même d’en effrayer plus d’un. Capable de se mouvoir et d’interagir avec son environnement, ce dernier rappelle en effet le protagoniste irrévérencieux du film Ted.

Les enfants sont nombreux à imaginer leurs jouets prendre vie comme dans Toy Story ou dans une moindre mesure Ted. Or, si les constructeurs de jouets ont déjà tenté laborieusement d’animer poupons et autres poupées, les possibilités étaient à chaque fois limitées. C’est pourquoi Google a décidé à son tour,  en y mettant les moyens, de plancher sur la question. En pratique, son projet serait un nounours connecté doté d’une interactivité sans précédent.

Si l’on en croit le brevet déposé par le géant des moteurs de recherches, le jouet en question se présenterait comme une peluche dopée à l’électronique. Elle disposerait notamment de caméras en lieu et place des yeux, de micros situés dans les oreilles ou encore de hauts parleurs au niveau de la bouche. Grâce à des moteurs, le nounours serait par ailleurs à même de se mouvoir, et se connecterait via WiFi ou BlueTooth. Bref, les possibilités en matière d’interaction seraient infinies.

Non content de pouvoir effectuer des mouvements et de se déplacer, la peluche pourra également communiquer avec l’enfant et lui répondre. Avec au programme quelques subtilités comme la reconnaissance faciale et une adaptabilité à chaque interlocuteur. Une chose est sûre : on est loin du cultissime Furby. À noter qu’une application dédiée est en cours de développement chez Google.


Un jouet inquiétant qui pourrait bien tourner à la polémique

Sans surprise, ce nouveau dispositif de Google est bien parti pour faire scandale. Pourquoi ? Parce qu’un tel objet connecté, digne d’un film d’espionnage, permettrait à la firme de Mountain View de prendre connaissance à loisir des comportements du foyer afin de mieux ensuite cibler ses publicités. Installé à la maison, ce dernier pourrait d’autre part être piraté par un hacker et être commandé à distance.

Évidemment, un tel jouet risque aussi d’entraîner le repli sur soi de certains enfants, qui pourrait préférer leur monde virtuel au monde réel. Affaire à suivre.


Sources : itespresso, europe1