Grève des médecins : sera-t-il possible de trouver un docteur à Noël ?

Article mis à jour le 

Cette année, pour la période des fêtes, les médecins de tous bords – urgentistes, généralistes et spécialistes confondus –  s’unissent pour défendre leurs conditions d’exercice et lutter contre la loi de santé. Résultat : un appel à la grève touchant la plupart des médecins. S’il reste encore difficile d’évaluer le nombre de grévistes, sachez néanmoins que des solutions existent pour éviter de se casser le nez.

Bien décidés à ne pas laisser passer la loi santé et à défendre leurs conditions de travail, les médecins seront nombreux - généralistes, spécialistes et urgentistes compris -, pendant les fêtes, à se rallier aux appels à la grève. De fait, côté patients, Noël et le jour de l’An – connus pour leurs innombrables accidents de bouchons de champagne ou de couteaux à huître, ou encore pour les pics de grippes et gastro-entérites – ne seront pas forcément une partie de plaisir. Malheureusement, les grévistes n’ayant pas souhaité un préavis, il est aujourd’hui complexe de chiffrer le nombre de professionnels concernés. Quoi qu’il en soit, beaucoup d’entre eux ont déjà commencé à avertir leurs patients et disposer des affichettes dans leurs salles d’attente.

Le cas des spécialistes

Évidemment, étant donné les délais habituels pour décrocher un rendez-vous chez l’ophtalmo, vous aurez d’autant plus de mal à obtenir la perle rare les 26 et 27 décembre. Néanmoins, si par hasard vous aviez déjà un rendez-vous à ce moment, qu’il s’agisse d’un ophtalmo ou encore d’un ORL, assurez-vous que le médecin sera bel et bien présent. Car selon la Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF), nombreux sont les spécialistes à rejoindre le rang des grévistes. Pire : les spécialistes auraient décommandé en masse leurs remplaçants, et radiologues, anesthésistes et pédiatres n’assureraient pas tous la permanence des soins au moment des fêtes. La situation n’est pas plus encourageante du côté des hôpitaux privés : là-bas, les opérations sont rares en fin d’année, et une grève illimitée est prévue à compter du 5 janvier.

Le cas des généralistes

Sachez d’une part que les cabinets seront portes closes le 23, tandis que la grève courra du 24 au 31 décembre, tandis qu’une nouvelle fermeture aura lieu quoi qu’il en soit le 6 janvier. Pour relativiser, il est possible de prendre du recul en se disant que nombre d’entre eux sont habituellement en vacances à ce moment pour partager Noël en famille. Certes, mais ce n’est pas le cas de chacun : les médecins s’organisent en effet habituellement de telles sortes qu’un secteur de garde soit mis en place pour les vacances et les week-ends. Malheureusement, pour cette année, la permanence des soins devrait pâtir du mouvement dans plus de 70 % des cas à cause des grèves. Le mieux est donc de procéder au renouvellement des ordonnances dès à présent pour les malades chroniques, ou du moins avant le 23 décembre.

Pourra-t-on compter sur SOS Médecins ?

Inutile de trop compter sur les volontaires de la visite à domicile de SOS médecins car ces généralistes ont choisi de participer au mouvement. Cependant, les modalités du nombre de jours de fermeture n’ont pas encore été définies précisément. Les personnes soudainement touchées par une grippe ou une angine devraient donc, là encore, avoir du mal à trouver leur bonheur. D’autant que la fin d’année rime en général avec un important pic d’activité.

Sources : leparisien, lejdc