Pourquoi les hommes deviennent de plus en plus bêtes

Article mis à jour le 

D'après une équipe de psychologues de l'Université d'Amsterdam, le monde occidental aurait considérablement perdu en intelligence depuis l'ère victorienne. Le QI de l'Homme se serait en effet effondré de quelque 14 points depuis la période 1837 – 1901. Raison invoquée par les chercheurs : les gens intelligents se reproduiraient beaucoup moins que les gens idiots.

Voilà une conclusion qui devrait amuser les anciens s'offusquant de la "bêtise de la jeunesse" et du vide contemporain : l'humanité – ou du moins le monde occidental – deviendrait de plus en plus stupide au fil des décennies. Alors que les technophiles ne manquent souvent pas de vanter les mérites des nouvelles technologies de l'information et de la communication – et plus spécifiquement de l'internet – en tant que source infinie de connaissances, des psychologues hollandais affirment en dépit de ces innovations que l'Homme est en réalité bien moins intelligent que par le passé.

À en croire le résultat d'une étude menée par des chercheurs de l'Université d'Amsterdam, publié dans la prestigieuse revue américaine Intelligence, les femmes les plus intelligentes auraient depuis près d'un siècle de plus en plus tendance à faire moins d'enfants que les femmes disposant d'un QI moins développé. Or, comme le souligne Jan te Nijenhuis, co-auteur de l'étude, ce phénomène aurait pour incidence une dégradation génétique de l'intelligence.

Un scénario qui n'est pas sans rappeler celui de l'absurde comédie américaine Idiocracy (Mike Judge, 2007), qui racontait, sur fond d'anticipation, le destin d'un homme plutôt simplet cryogénisé durant 500 ans et se réveillant dans une société entièrement composée d'idiots. Résultat, ce dernier s'imposait alors contre toute attente comme la personne la plus intelligente de la planète.

Plus besoin de lutter pour survivre

Par le passé, plusieurs études semblables avaient abouti à la même conclusion. Au-delà de la théorie selon laquelle les femmes possédant les QI les plus élevés feraient moins d'enfants que leurs paires moins  gâtées par la nature, d'autres scientifiques considèrent que ce recul général de l'intelligence est lié au fait que l'Homme n'est plus tenu de lutter pour sa survie. Conséquence : celui-ci aurait ainsi peu à peu, à force de ne plus être amené à combattre pour vivre, perdu en intelligence.

En d'autres termes, selon les chercheurs, la raison d'un tel phénomène serait à chercher du côté des progrès technologiques, dont l'évolution serait inversement proportionnelle à celle des capacités de notre cerveau. Va-t-on petit à petit déléguer l'essentiel de nos tâches aux nouvelles technologies, rendant ainsi caduque toute perspective d'évolution personnelle ? Affaire à suivre.

Sur le site du HuffPost américain, Gerald Crabtree, un professeur à l'université de Stanford aux États-Unis à l'origine d'une étude sur le même thème, estime que la diminution de l'intelligence a commencé au moment où l'Homme a commencé à s'installer dans les grandes villes et à avoir accès à des réserves stables de nourriture, autrement dit il y a quelque 5 000 à 12 000 ans.

14 tests d'intelligence menés entre 1884 et 2004

Bien qu'il soit aujourd'hui encore difficile de comprendre comment l'intelligence a pu reculer au fil des derniers siècles, les quatorze tests d'intelligence effectués entre 1884 et 2004 par l'université d'Amsterdam ont apporté leur lot de nouveautés. À noter que le principe de ces tests était d'évaluer le temps de réaction visuelle des participants en les invitant à appuyer sur un bouton dès le moment où ils percevaient un stimulus visuel. Or, le temps de réaction donne une idée assez précise de la cadence à laquelle notre cerveau traite les informations, et donc une idée de l'intelligence.

D'après Jan te Nijenhuis et l'équipe de recherches, le temps de réponse visuel était d'environ 194 millisecondes à la fin du XIXème siècle  alors que la vitesse moyenne atteignait  275 millisecondes en 2004. Bien que très limitée, cette différence sous tendrait selon les chercheurs une chute significative de l'intelligence des participants. De là à en conclure que nous deviendrons tous idiots demain ? Seul l'avenir nous le dira…  

Sources : ScienceDirect, Cell, HuffPost