Prêts immobiliers : un taux moyen de 2,30 % en 2015

Article mis à jour le 

Que faut-il attendre côté prêts immobiliers en 2016 ?
Que faut-il attendre côté prêts immobiliers en 2016 ?

D'après l'Observatoire Crédit Logement/CSA, les taux d'intérêt des prêts immobiliers s'élevaient en moyenne à 2,30 % sur l'année 2015. Un cru exceptionnel selon les professionnels.

Toutes les personnes ayant souscrit ou renégocié leur crédit immobilier en 2015 l’ont fait dans les meilleures conditions. Et pour cause : l’Observatoire Crédit Logement/CSA met en évidence qu’à aucun moment le taux moyen des emprunts n’a excédé les 2,30 % hors assurance. Si le mois de janvier 2015 avait débuté avec une moyenne à 2,29 %, les taux moyens sont redescendus par la suite à 2,01 % sur mai et juin, avant d’augmenter à 2,22 % en octobre et autour de 2,20 % sur les derniers mois de l’année. Des conditions idylliques que les spécialistes n’avaient pas observé depuis la deuxième Guerre Mondiale.

 

Une année sous le signe du retour des primo-accédants

Comme le met en évidence l’Observatoire Crédit Logement/CSA, même les diverses fluctuations des marchés financiers, à l’instar de la crise grecque, ou encore de l’augmentation des taux directeurs, n’ont pas entaché la situation.

Il n’empêche : une légère remontée du taux moyen s’est produite sous l’impulsion du retour des primo-accédants. Leur profil est en effet plus incertain aux yeux des établissements financiers, et ceux-ci empruntent sur des durées plus longues.

 

Une hausse de 30 % des prêts accordés

Reste que le marché des crédits a fait l’objet d’une embellie saisissante, entre autres du fait d’un contexte favorable au recul des prix de l’immobilier, sans compter des taux d’intérêt avantageux. De fait, le contexte a permis une amélioration du pouvoir d’achat, tout en maximisant le nombre de personnes éligibles à l’achat. C’est ainsi que sur 2015, les prêts accordés ont augmenté de 33,1 %.

 

Quel scénario pour 2016 ?

Selon PAP, les taux restent encore particulièrement attractifs en ce début d’année 2016. Si la tendance devrait petit à petit s’estomper, la situation restera toutefois favorable au cours du premier trimestre.

 

Sources : lesechos, pap