Immobilier : les acheteurs concrétisent leur projet beaucoup plus vite qu'il y a un an

Article mis à jour le 

Les Français mettraient aujourd'hui moins de temps à acheter un logement qu'auparavant
Les Français mettraient aujourd'hui moins de temps à acheter un logement qu'auparavant

Désireux de ne plus verser de loyer à fond perdu ou de préparer leur retraite, les Français n’attendent plus que quatre mois pour acquérir leur résidence principale, contre sept l’année dernière. Une bonne nouvelle attestant de la confiance régnant entre les ménages et les professionnels de l’immobilier.

Avec un taux de crédit immobilier baissant lentement et un accès facilité au prêt à taux zéro, les Français achètent leur maison presque deux fois plus vite que l’année dernière. Tandis que plus de la moitié des acquéreurs ont réussi à négocier un rabais de 7% sur le prix d’achat, économisant ainsi plus de 4 000 euros par mois.

Un marché plus fluide dans toutes les régions

Une étude du Crédit Foncier menée auprès de 3 800 foyers en quête d’un bien immobilier au cours des douze derniers mois révèle que les acquéreurs trouvent chaussure à leur pied au bout de quatre mois et demi en moyenne. Cette diminution du temps de recherche a été observée sur tout le territoire français. Toutefois, 70% des habitants du nord dénichent plus rapidement leur nouveau foyer que ceux du sud-ouest.

42% des acheteurs ont dû faire des concessions

Pour voir leur rêve se réaliser, 4 acheteurs sur 10 ont été obligés de faire des concessions liées principalement à la taille de la maison. D’autres ont accepté d’acquérir une résidence beaucoup plus loin du lieu initial où ils désiraient habiter. Par ailleurs, près d’un quart des acquéreurs se sont permis de dépasser leur budget, soit en augmentant les mensualités de leur prêt immobilier, soit en puisant dans leurs économies.

Un bon signe pour les professionnels de l’immobilier

Le Directeur de la communication externe et RSE du Crédit Foncier, Nicolas Pécourt, se dit confiant face à cette situation. Cette facilité et cette rapidité de l’acquisition immobilière sont étroitement liées au niveau de confiance des particuliers en l’avenir, et “celui-ci s’améliore”. La fluctuation des taux des crédits immobiliers l’inquiète néanmoins. Si ces taux étaient particulièrement bas en mai, ils remontent petit à petit, à hauteur de l’emprunt d’État d’il y a 10 ans, et sont actuellement à 1,20%. Nicolas Pécourt estime d’ailleurs qu’“ils vont certainement continuer à augmenter dans les prochains mois”. Un point de vue qui corrobore les observations de nombreux spécialistes.

 

Source : Le Figaro, agefi