Immobilier : qui peut encore se permettre d'acheter, en 2013 ?

Article mis à jour le 

À l'heure où un peu plus de la moitié des Français ne partiront pas en vacances cette année, crise économique oblige, certains continuent toutefois en 2013 d'acquérir des biens immobiliers de luxe. Mais qui sont ces propriétaires haut-de-gamme ?

À condition d'avoir les moyens, acheter une villa à 10 millions d'euros n'est pas une chose très difficile, en France. Et en 2013, les propriétaires de prestige ne s'affaiblissent pas le moins du monde, en dépit d'une certaine crainte par rapport à la politique fiscale du gouvernement. Cette bonne santé s'explique néanmoins cette année par la baisse – mouvement relatif à l'exode des familles fortunées qui revendent leur bien de luxe – prévue de 5 à 10 %, qui attire de nouveaux acheteurs.

Un acheteur type âgé de 65 ans, qui habite sur la Côte d'Azur

À en croire le décryptage réalisé par le site internet lux-residence.com, le profil type de l'acquéreur en 2013 n'a rien d'étonnant. Celui-ci est un homme dans 65 % des cas, en général âgé de plus de cinquante ans (voire plus, puisque 17 % de ces propriétaires on plus de 65 ans). Dans 42 % des cas, ces acquéreurs haut-de-gamme sont des cadres qui exercent – ou qui ont exercé – une profession libérale ou intellectuelle supérieure.

Parmi eux, 22 % sont des retraités, des artisans, des commerçants ou encore des chefs d'entreprises (22 %). Quoi qu'il en soit, ces derniers vivent tous entre la région parisienne et l'étranger en passant par les bords de la Méditerranée. Mais pour espérer avoir accès à de telles propriétés, il est crucial que le revenu net annuel dépasse un certain seuil : 25 % des acquéreurs gagnent ainsi plus de 200 000 euros net annuels.

Chose étonnante, révèle l'étude de lux-residence, la situation financière s'améliore en 2013 – et ce à rebours de la réalité économique actuelle – pour 27 % de ces propriétaires de prestige.

Près de 10 % dépensent plus de 5 millions d'euros

Alors que les primo-accédants représentent 48 % à l'échelle du marché français global, ces derniers ne sont que 11 % dans le marché du luxe. Autrement dit, 89 % des acheteurs haut-de-gamme n'effectuent pas leur première acquisition de propriété. D'autre part, près d'un acquéreur prestige sur deux détient déjà, avant acquisition, entre deux et cinq biens immobiliers. Mieux : 17 % d'entre eux possèdent pas moins de cinq propriétés à leur nom.

Quoiqu'il en soit, 54 % des acquéreurs d'un bien de luxe seraient pourtant à la recherche d'une résidence principale, contre 25 % en quête d'une résidence secondaire.

À quel montant s'élève en moyenne ces biens immobiliers ?

Dans la plupart des cas, le tarif est compris entre 750 000 euros et 2,5 millions d'euros. Mais 11 % de ces acquéreurs opteront pour un bien compris entre 2,5 et 5 millions d'euros, 3 % pour un bien entre 5 et 7 millions d'euros, 2 % de 7 à 10 et 2 % au-dessus de la barre des 10 millions d'euros. Avant de sortir le porte-monnaie, beaucoup de ces acheteurs recherchent avant tout "un coup de cœur" : ainsi, 43 % des biens recherchés sont des villas, 17 % des châteaux ou des manoirs, 6 % des hôtels particuliers, dans 40 % des cas impérativement au bord de la mer au niveau de la Côte d'Azur ou de la Côte Basque.

Sources : lux-residence.com, Observatoire des loisirs