Impôts : le gouvernement le promet, il n’y aura pas de hausse en 2015

Article mis à jour le 

En dépit d’un contexte économique épineux, le gouvernement maintient que les impôts ne remonteront pas en 2015. Toutefois, celui-ci conserve en l’état l’objectif de 50 milliards d’économies, de mise jusqu’en 2017, alors que Michel Sapin l’avait remis en question la semaine passée.

Ce mercredi, le ministre des Finances, Michel Sapin, a indiqué que la France ne modifiait pas son objectif de 21 milliards d’euros d’économies dans la dépense publique en 2015. "Nous irons jusqu’au bout de l’objectif de 50 milliards d’économies prévues jusqu’en 2017, à commencer par les 21 milliards d’économies prévues pour la seule année 2015", a-t-il ainsi annoncé lors d’une conférence de presse. Pourtant, celui-ci avait souligné il y a une semaine l’impossibilité d’y parvenir compte tenu de la faiblesse de l’inflation.

Par la suite, le ministre a ajouté qu’une compensation de l’ordre de deux milliards d’euros serait ainsi prévue pour faire face à la faiblesse de l’inflation. Résultat, toute augmentation d’impôt est donc exclue. De son côté, le secrétaire d’État aux Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, a également promis que l’impôt sur le revenu ne ferait pas l’objet de la moindre augmentation en 2015, et ce en dépit des résultats en demi-teinte observés en 2014. Celui-ci a ainsi affirmé au cours de l’émission de LCP "Questions d’Info" qu’aucun Français ne verrait ses impôts sur le revenu se relever, et qu’une partie considérable des Français – à l’instar des couches moyennes – verront le leur décliner.

Vers le recul des dotations aux collectivités locales

Michel Sapin a en outre dévoilé les économies à réaliser pour atteindre les objectifs d’économies fixés. Par exemple, les dépenses de l’État et de ses opérateurs fléchiront d’environ 1 milliard d’euros, alors qu’elles auraient automatiquement augmenté de 6 milliards. D’autre part, le recul des dotations aux collectivités locales devrait avoisiner les 3,7 milliards d’euros. Enfin, plusieurs milliards d’économies ont jusqu’à présent été votées ou négociées concernant la sécurité sociale.

Mais d’autres mesures viendront prochainement s’ajouter. Celles-ci devraient être précisées dans le projet de budget pour 2015, dont la présentation est fixée au 1er octobre.

Sources : economie.gouv, jdd, lefigaro