Impôts : les Françaises seraient-elles trop taxées ?

Article mis à jour le 

Certains collectifs féministes pointent la taxation trop élevées des femmes
Certains collectifs féministes pointent la taxation trop élevées des femmes

Le collectif Georgette Sand et diverses associations féministes françaises jugent que les femmes sont nettement plus pénalisées que les hommes en matière d’impôts et de taxes. Un sujet qui n’est pas sans irriter certains responsables politiques.

À la mi-octobre, l’Assemblée nationale a refusé une proposition de la députée PS Catherine Coutelle, qui souhaitait faire abaisser la TVA sur les protections périodiques (tampons, serviettes, etc.). Rappelons que le taux de TVA est aujourd’hui fixé à 20 % sur les tampons et serviettes, et que la députée voulait l’abaisser à 5,5 %. Résultat, le collectif Georgette Sand a manifesté pour une TVA réduite sur les protections périodiques mercredi 11 novembre sur la place du Châtelet. Tandis que l’association "Culotte Gate" a fait parvenir des sous-vêtements tachés de rouge à quelques responsables politiques.

Reste que celle que l’on surnomme désormais la "taxe tampon" n’est pas la seule à faire l’objet de critiques de la part des associations féministes. Le quotient conjugal, à savoir l’imposition commune demandée aux hommes et aux femmes mariés et pacsés, serait susceptible d'en dissuader certaines de travailler. Ainsi, l’impôt serait à même d’accroître la dépendance des femmes à leurs maris, et ce d’autant plus dans les familles modestes. Christiane Marty, de la fondation Copernic, regrette que les femmes et les hommes mariés ou pacsés disposent de taux de prélèvements identiques, malgré des salaires distincts et dans certains cas non mis en commun.

 

Sources : maville, boursorama