Instagram aurait perdu la moitié de ses utilisateurs

Article mis à jour le 

À quelques jours des fêtes de fin d'année en décembre, le service Instagram, propriété du géant Facebook, avait essayé de mettre en place de nouvelles conditions d'utilisation pour permettre l'exploitation à des fins commerciales des photos de ses utilisateurs. Aussitôt, ces derniers avaient riposté en menaçant de quitter le réseau Instagram. Une récente information du magazine The Register vient de confirmer que la polémique avait pris une ampleur plus importante encore qu'on ne l'imaginait puisque pas moins de la moitié des utilisateurs se seraient finalement désinscrits.

Pour faire simple, Instagram a tenté d'introduire le 18 décembre dernier de nouvelles règles d'utilisation visant à faire accepter à ses utilisateurs qu'une entreprise ou une autre entité paye Instagram afin d'afficher leur nom, leur profil ou encore leurs photos. À travers cette manœuvre, Facebook, propriétaire d'Instagram, essayait ainsi pour la seconde fois d'utiliser les photos de profil de ses utilisateurs à des fins commerciales. En 2009, déjà, le réseau social avait en effet entrepris leur diffusion dans des encarts publicitaires, avant de se raviser devant la fronde des utilisateurs.

Quoiqu'il en soit, le réseau Instagram semble aujourd'hui encore très touché par la polémique de décembre dernier, qui aura engendré le départ massif de ses membres. Comme le rapporte le magazine The Register via l'outil AppStats, capable de mesurer le trafic web des applications, Instagram aurait perdu plus de la moitié de sa base d'utilisateurs actifs quotidien depuis l'affaire. Ils seraient ainsi passés de 16,3 millions à 7,6 millions en l'espace d'un mois.

Toutefois, toujours selon The Register, Instagram  enregistrerait à l'inverse une légère augmentation du nombre d'utilisateurs actifs mensuels. Une croissance qui pourrait néanmoins s'expliquer par le regain de succès du smartphone. Pour l'heure, les spécialistes indiquent qu'il faudra encore patienter quelques mois avant de savoir si ce phénomène de baisse est relatif ou pas aux évènements de décembre.

Sources : The Register, 01net