Jadis, l'espérance de vie des femmes n'était pas plus élevée que celle des hommes

Article mis à jour le 

L'espérance de vie des femmes aurait commencé à surpasser celle des hommes à la fin du XIXème siècle
L'espérance de vie des femmes aurait commencé à surpasser celle des hommes à la fin du XIXème siècle

Ce n’est que depuis la fin du XIXe siècle qu’on observe une nette différence d’espérance de vie entre les hommes et les femmes. Mais quel est le secret de la longévité féminine ? Découvrons ce qu’en disent les spécialistes.

Entre 1800 et 1935, des études sur la différence de taux de mortalité entre hommes et femmes ont été menées par de nombreux chercheurs. Il en ressort que depuis la fin du XIXème siècle, les hommes meurent plus tôt que les femmes. Une étude menée par la revue Proceedings of the National Academy of Sciences et résumée par LiveScience nous éclaire sur le sujet.

 

Quid du taux de mortalité des hommes ?

Durant la période analysée, les spécialistes ont découvert que le taux élevé de mortalité chez les hommes s’expliquait par les maladies cardiovasculaires. La gent masculine assimile en effet différemment la graisse et le cholestérol, ce qui explique qu’elle succombe plus facilement à ce type d’affection. En revanche, bien que les femmes puissent également souffrir de maladies cardiaques, elles semblent présenter une résistance plus grande que les représentants de l’autre sexe.

 

Le taux de décès des femmes, un mystère médical

Étonnamment, les femmes seraient ainsi moins susceptibles d’être victimes d’accidents cardiovasculaires. Pourtant, les facteurs de risques sont les mêmes pour l’homme et pour la femme. De plus, anatomiquement parlant, la gent féminine présente des artères plus fines et plus fragiles que celles du sexe opposé. Le taux de mortalité féminine lié aux atteintes cardiovasculaires devrait donc être supérieur à celui des hommes, contrairement aux observations. Comment expliquer ce phénomène ?

Selon un article paru dans Destination santé, en Europe, 51% des femmes meurent d’une atteinte cardiovasculaire contre 42% des hommes. Ces chiffres ont été obtenus par l’OMS lors d’une enquête dans 52 pays. Malgré ce résultat, il reste incontestable que l’espérance de vie des hommes est plus courte que celle des femmes entre 1880 et 1890. D’après Proceedings of the National Academy of Sciences, des études complémentaires devront être réalisées pour résoudre ce mystère.

 

Sources : Slate, pnas