Jardinage : quel produit substituer au désherbant Monsanto ?

Article mis à jour le 

Le desherbant Roundup de Monsanto - copyright Mike Mozart / Flickr CC.
Le desherbant Roundup de Monsanto - copyright Mike Mozart / Flickr CC.

Dimanche 14 juin, Ségolène Royal, la ministre de l’Écologie, annonçait sur France 3 l’interdiction du “Roundup” de Monsanto. Ce désherbant, considéré comme le produit phare de la marque, s'avère en réalité un pesticide des plus néfastes. Mais quelles sont les alternatives existantes ?

Depuis quelque temps, la société Monsanto a dû faire face au boycott du “Roundup”, son nouveau désherbant. De nombreux pays, y compris la France, refusent en effet d’employer ce produit contenant du glyphosate, composant décrété cancérigène par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) depuis le mois de mars.

 

“Roundup”, késako ?

Présent sur le marché européen depuis 2002, le désherbant “Roundup” a rempli son office auprès des jardiniers de longues années durant. Ce n’est que depuis la parution des résultats du CIRC que les autorités françaises ont projeté d’arrêter la commercialisation de ce produit réputé dangereux pour les plantes et pour les hommes. En outre, Ségolène Royal a laissé un doute le 14 juin quant à l’interdiction de la mise en vente de “Roundup”.

Face à cette prise de position du gouvernement français, la société américaine Monsanto a rétorqué que le produit en lui-même ne présentait aucun danger pour les utilisateurs. Par ailleurs, malgré l’annonce de la ministre de l’Écologie et le rapport du CIRC, de nombreux jardiniers recourent toujours au “Roundup”. Selon un vendeur de Chambéry, ce produit représenterait même près des ¾ des désherbants en vente !

 

Et pourquoi pas une solution alternative ?

Le “Roundup” est encore loin de disparaitre des rayons. Par mesure de prévention, néanmoins, les méthodes de jardinage moins risquées pour la santé sont à privilégier.

À l’instar de Botanic, une société de Haute-Savoie ayant proscrit les pesticides, les professionnels et les amateurs de jardinage devraient opter pour des techniques moins dangereuses pour la santé et l’environnement. L’utilisation de films plastiques, le paillage naturel ainsi que le recours aux plantes couvre-sol font partie des alternatives envisageables.

 

Source : france3