La "junk food" s'invite dans les collèges et les lycées

Article mis à jour le 

D'après une étude rendue publique ce mardi par l'association de consommateurs UFC-Que choisir, la "junk food" – entendez malbouffe ou nourriture jugée mauvaise d'un point de vue diététique – serait de plus en plus présente dans les collèges et lycées. Une découverte troublante.

En France, quarante-huit établissements secondaires – soit 10 collèges et 38 lycées – ont vu leur cantine traditionnelle se retrouver en concurrence avec des stands de type cafétéria, fast-food ou encore sandwicherie. Et les aliments proposés par ces derniers, souvent déséquilibrés, se limitent souvent aux pizzas-frites-gaufres ou panini-brownie-soda. Problème : ces vendeurs sont installés au sein même des établissements scolaires voire même dans des locaux situés à quelques pas des cantines. Une situation que n'a pas manqué de dénoncer l'association de consommateurs UFC-Que Choisir dans une étude publiée ce mardi 19 mars.

Des stands dirigés par de grands groupes de restauration scolaire

Comme l'a révélé l'UFC-Que Choisir, une large majorité de ces stands est en réalité sous la responsabilité de grands groupes de restauration scolaire. Résultat : la "junk food" gagne du terrain et se développe en dehors de toute nécessité. Raison pour laquelle l'association de consommateurs, et plus particulièrement le chargé de mission alimentaire et nutrition à l'UFC Olivier Andrault,  réclame une extension de la réglementation. D'après lui, l'équilibre alimentaire est aujourd'hui un enjeu historique  lorsque l'on sait que 18 % des enfants sont obèses ou en surpoids.

Un an et demi après la mise en place en 2011 d'un arrêté réglementant l'équilibre nutritionnel dans les restaurants scolaires, encourageant à consommer au moins 5 fruits et légumes par jour, à manger moins gras, moins salé et moins sucré, la révélation de l'UFC a de quoi inquiéter.

Sources : UFC Que Choisir