Le "burn out" des ados

Article mis à jour le 

Le "burn-out" est plus fréquent qu'on ne le pense chez les ados
Le "burn-out" est plus fréquent qu'on ne le pense chez les ados

Les adolescents seraient de plus en plus nombreux à être victimes de burn-out. Une enquête Ipsos/Pfize révèle que 47 % des 15 à 18 ans s’estiment “sous pression”. Le rôle des parents et des écoles est important dans ce phénomène.

Tous les milieux concernés

Le burn-out concerne les ados de tous les milieux. Stéphane Clerget explique que les élèves des écoles privées sont soumis à une pression plus importante compte tenu du nombre d’heures de cours et d’heures d’étude quotidiennes. Ils consacrent également beaucoup de temps au soutien scolaire, voire à un suivi orthophonique. La pression vient également des parents qui transmettent leurs angoisses concernant leur propre avenir à leurs progénitures. Dans certains cas, les ados se mettent la pression eux même. Dans les familles riches, les enfants ont envie de gagner plus d’argent pour mener un train de vie semblable à celui de leurs parents. Dans les familles modestes, les adolescents ont peur du chômage.

D’autres facteurs en cause

Si la pression scolaire est souvent citée comme la principale cause du burn-out des ados, d’autres facteurs sont à prendre en compte, à commencer par le mode de vie. Aujourd’hui, les jeunes dorment moins à cause des objets technologiques. Ils font également moins d’activités physiques que leurs aînés. En conséquence, ils sont victimes de troubles du sommeil et d’un dérèglement émotionnel. D’après Stéphane Clerget, le plus important est de discuter avec l’adolescent des causes de son burn-out. Dans la plupart des cas, il est inutile, voire contre-productif de lui faire suivre un cours particulier pour obtenir de bons résultats scolaires.

 

Sources: nouvelobs, rtl

Cet article a recueilli 4 avis. 75% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : enfants