Les légumineuses : avenir d’une consommation plus saine ?

Article mis à jour le 

les légumineuses : futures stars d'une nourriture saine
les légumineuses : futures stars d'une nourriture saine

De nouvelles recherches ont prouvé que les légumineuses contribuaient à la diminution du surpoids mais aussi qu’elles éliminaient le mauvais cholestérol, tout en appelant à une culture plus adaptée aux actuelles problématiques environnementales et humaines.

Un atout santé

Haricots, pois-chiches, lentilles sont les nouveaux alliés de ceux qui souhaitent perdre du poids sans pour autant dire adieu aux repas copieux. Cette nourriture permet, de plus, de diminuer significativement le taux de mauvais cholestérol : il suffit d’en consommer une portion par jour sans pour autant se priver des autres types d’aliments.

Un trésor oublié

Dr Russell de Souza, un chercheur de l'Hôpital St Michael à Toronto, au Canada, a remarqué dans un article publié récemment dans The American Journal of Clinical Nutrition qu’ "en dépit de leurs bienfaits reconnus pour la santé, seulement treize pour cent des Canadiens mangent des légumineuses". Qu’en est-il des Français ? Ces aliments ont cédé la place aux céréales, aux produits carnés et aux produits transformés plus rapides à consommer, et leur production a été divisée par sept en 40 ans. Le numéro 30 de la revue scientifique Innovations Agronomiques, édité par l’INRA en 2013, avait déjà précisé que la culture des légumineuses ne représentait plus en France et en Europe que 3%  des grandes cultures.

Une réponse aux nouvelles exigences écologiques et mondiales

D’après l’ADEME, ces sources de protéines sont pourtant capables, en culture, de capturer l’azote de l’air et seraient donc en plus bénéfiques pour l’écosystème. L’agriculture mondiale devra répondre aux besoins alimentaires d'environ 9 milliards d’individus en 2050, tout en garantissant des productions plus durables. La culture des légumineuses serait donc une réponse car elle rendrait possible une substitution croissante des protéines animales par de nouvelles sources de protéines, bienfaisantes pour l'humain tout en étant moins nocives pour son environnement.

Sources : http://www.independent.co.uk/,  http://www.ademe.fr/

 

Cet article a recueilli 3 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : cuisinenature