Les chèvres s'adressent aux humains pour résoudre un problème

Article mis à jour le 

Les chèvres s'adressent aux humains !
Les chèvres s'adressent aux humains !

Une étude menée par les chercheurs de la Queen Mary University of London démontre que les chèvres comptent sur les humains pour résoudre certains problèmes. Un comportement identique est observé chez les bébés, mais aussi les chiens et les chevaux.

Ainsi, les animaux de compagnie et d’élevage partageraient des traits communs. Les résultats de l’étude publiés dans Biology Letters le 5 juillet 2016 attribuent ce comportement à la domestication.

L’expérience

Pour l’expérience, les chercheurs ont réuni 34 chèvres et les ont habituées à manger dans une boîte en plastique. Ils leur ont ensuite présenté une boîte de nourriture fermée. Après avoir constaté que le récipient était clos, les biquettes ont cherché à croiser le regard des deux expérimentateurs présents dans l’enclos, l’air de demander leur aide. D’après Christian Nawroth, un des auteurs de l’étude, les chèvres ont adopté le même regard qu’un chien qui quémande une friandise inaccessible.

Une attitude plus expressive

Face à l’inertie des expérimentateurs, la moitié des chèvres testées ont adopté un comportement particulier. Elles ont commencé par fixer alternativement la boîte et l’un des expérimentateurs avant de faire des va-et-vient entre les deux. Ce langage corporel démontre clairement la demande d’aide des animaux. Les expérimentateurs ont aussi constaté que ces derniers adaptaient leur comportement à celui des humains. En effet, les caprins ont moins sollicité leur aide lorsque ceux-ci se sont tournés vers le mur.

Des animaux domestiqués

D’après les scientifiques, cette forme de communication entre les animaux et les humains résulte de la domestication. Alan McElligott, un des chercheurs, souligne que l’homme a commencé à domestiquer les chèvres il y a environ 10 000 ans. Les auteurs de l’étude ont tenu à préciser que les animaux testés avaient l’habitude de recevoir leur nourriture de la main de l’éleveur. Cependant, une étude réalisée en 2005 a démontré que les chats, bien que domestiqués, n’adoptent pas ce comportement. D’après les chercheurs, cette attitude des félins résulte de leur mode de vie solitaire.

 

Source : sciencesetavenir, maxiscience