Les commerçants respectent-ils la loi sur les allergies alimentaires ?

Article mis à jour le 

Les indications concernant les allergènes contenus dans les produits alimentaires sont rarement au rendez-vous
Les indications concernant les allergènes contenus dans les produits alimentaires sont rarement au rendez-vous

Selon une enquête réalisée par l’UFC-Que Choisir, 75% des commerçants ne respectent pas la législation sur l’affichage des informations sur les allergènes des denrées préemballées et non emballées.

Selon l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES), 6 à 9 millions de Français souffrent d’allergies alimentaires. En raison de ces statistiques alarmantes, la loi oblige les commerçants à joindre à leurs produits préemballés et non emballés une fiche informative concernant la présence d’éventuels allergènes depuis juillet 2015. Cette obligation est cependant loin d'être toujours respectée.

Non-respect de la loi chez plus de 7 petits commerces sur 10

Sur les 375 commerces approchés par l’UFC-Que Choisir dans 81 départements français, seulement 25% informent correctement leurs clients sur la composition en substances allergènes des denrées préemballées et non emballées commercialisées. La loi est dûment respectée chez les grandes chaînes de la restauration rapide à l’image de Quick, Mac Donald’s et KFC. À l’inverse, les restaurants, boulangeries et traiteurs montrent une attitude moins exemplaire puisque 75% des 232 commerçants visités n’affichent pas encore ces informations. Du côté de la grande distribution, un quart des 134 établissements visités demeure hors-la-loi.

Les problèmes de l’affichage

Si l’information sur les allergènes est obligatoire, les modalités d’affichage varient selon les établissements enquêtés. Pour les clients, l’accès à ces renseignements reste difficile. Repérer ces fiches parmi les centaines de références éparpillées dans des dossiers égarés relève du parcours du combattant. L’UFC-Que Choisir invite ainsi les pouvoirs publics à réviser le texte concerné pour améliorer l’accessibilité aux informations sur les allergènes et redéfinir les sanctions pour les transgresseurs.

 

Sources : topsanté, scienceetavenir

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : cuisine