Les origines des superstitions liées au vendredi 13

Article mis à jour le 

D'où viennent les superstitions autour du vendredi 13 ?
D'où viennent les superstitions autour du vendredi 13 ?

Si certains craignent le vendredi 13, d’autres pensent au contraire que c’est leur jour de chance. Pour beaucoup, ces superstitions aux origines lointaines restent bien vivaces.

En Occident, le vendredi 13 est souvent associé à des catastrophes inexpliquées comme le crash du vol T-571 dans les Andes en 1972. Le nombre 13 lui-même porte malheur dans certaines croyances.

Des origines diverses

La superstition concernant le nombre 13 aurait pour origine la Cène, le dernier repas du Christ avec ses 12 apôtres. À cette occasion, Jésus annonce la future trahison de Judas. Le Messie sera crucifié peu après, un vendredi.

Dans le nord de l’Europe, la crainte du nombre 13 serait liée à un mythe. Odin invita 11 dieux à dîner avec lui. Loki, dieu de la discorde, ne fut pas convié à partager le repas des 12 dieux, mais il se présenta tout de même aux portes du Valhalla, le domaine des Dieux. Blader, dieu de l’amour et de la lumière et fils d’Odin, tenta de le chasser, mais reçut une flèche empoisonnée dans le cœur. Depuis, les Nordiques maudissent le nombre 13 et évitent d’être 13 à table.

Pour les Scandinaves, la crainte du vendredi serait associée à celle de Freyja, déesse de l’amour et de la fertilité. Cette divinité était vénérée le vendredi, mais avec l’avènement du christianisme au Xe siècle, elle fut associée à la sorcellerie. Selon une légende, elle se réunirait tous les vendredis avec 11 autres sorciers et le diable pour jeter des mauvais sorts aux Hommes.

Chez les Grecs et les Romains, ce nombre est synonyme de désordre, car on ajoute une unité au 12, considéré comme un nombre parfait. Pour preuve, il existe 12 signes du zodiaque, 12 dieux sur l’Olympe, 12 constellations, 12 heures du jour et 12 heures de la nuit.

La triskaïdékaphobie et la paraskevidékatriaphobie

Triskaïdékaphobie : Cette phobie traduit la peur du nombre 13. Les Européens qui sont touchés par celle-ci évitent de célébrer un mariage ou de naviguer le 13 du mois. Plusieurs hôtels préfèrent nommer le 13e étage en 12b ou 14a et ne proposent pas de chambre 13. En Formule 1, le numéro 13 n’est jamais attribué depuis les accidents mortels de 2 pilotes ayant porté ce numéro en 1926.

La paraskevidékatriaphobie est la phobie associée au vendredi 13. Les personnes croyant à cette superstition évitent de sortir, même pour faire leurs courses. Ce jour-là, elles ne travaillent pas. Un économiste américain a même réalisé une étude sur l’impact économique de la baisse de la consommation chaque vendredi 13. À savoir que des mathématiciens ont démontré que chaque année compte entre 1 et 3 vendredis 13.

Le vendredi 13 : un jour de chance

Pour certains, le vendredi 13 est un jour de bonheur et de chance. Ainsi, la Française des jeux voit le nombre de ses joueurs tripler à cette date, à tel point qu’elle organise depuis 1991 l’opération V13 attribuant des cagnottes colossales.

Dans d’autres cultures

En Chine, le nombre 13 est associé à la vie, contrairement au 4 symbolisant la mort. Les Espagnols et les Latino-Américains craignent le mardi 13 et non le vendredi 13. Ils attribuent en effet ce jour à Mars, dieu de la guerre, et à la planète rouge éponyme. Pour les Italiens, c’est le nombre 17 qui est associé au malheur, car en chiffres romains, il s’écrit XVII, une anagramme de VIXI signifiant “j’ai vécu”.

 

Sources: journaldesfemmes, 20minutes

Cet article a recueilli 7 avis. 86% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : loisirs