Les lieux les plus flashés de France

Article mis à jour le 

Votre département détient peut être la palme du plus grand nombre de flashes effectués au cours de l’année 2012. Un titre peu flatteur, certes, mais que vous pourrez aller vérifier dans le palmarès des radars qu’a effectué le magazine Auto Plus. Une occasion de voir ce qu’engendrent les radars depuis, bientôt, presque 10 ans.

Les radars ont commencé leur existence depuis 2004, bien souvent qualifiés de "pompes à fric", ils seraient pourtant bien utiles selon une récente étude relatée par Le Monde. En effet,  en plus de diminuer le nombre d’accidents routiers, ils ont permis d’éviter près de 15 000 décès.  A ces données chiffrés se rajoute le palmarès réalisé par le magazine Auto Plus.

L’A10 grande gagnante

Pour les amateurs de vitesse, l’A10 est clairement déconseillée. 62 154 flashs ont été enclenchés en 2012 à l’entrée de Tours dans l’Indre et Loire dans le sens Bordeaux-Tours, soit 444 amendes par jour. La seconde place revient à un radar localisé toujours sur l’A10 à Janvry dans l’Essonne pour une moyenne de 316 flashes par jour. Le podium est complété par l’A7 avec un radar situé à Bédarrides dans le Vaucluse avec 303 flashes journaliers.

Selon le classement des mauvais élèves, les conducteurs les plus pressés se situent en Rhône Alpes. Le département gagne la première place avec 826 520 flashés. Suivi du Nord avec 821 854 flashes puis enfin des Alpes Maritimes  pour 758 438 flashes.

A la vue de ce palmarès, on se demande alors si nous sommes aussi pressés que cela ? Eh bien non, malgré ces chiffres impressionnants, 93 %  des excès de vitesses effectués sont inférieurs à 20 km/h.

Générateurs d’argents

Quoi qu’en dise les chiffres, les radars sont une véritable mine d’or pour l’Etat. L’année dernière, 21,2 millions de flashes ont été déclenchés, parmi eux seulement 12,5 millions ont générés une contravention.  Ce qui a ainsi permis à l’Etat de récolter 730 millions d’euros, soit 100 millions de plus que l’année précédente. Ces sommes sont réutilisées par la suite pour financer les collectivités territoriales, pour les infrastructures de transport de France, pour l’entretien des radars et 10 % seront destinés à réduire la dette de l’Etat.

Nul raison d’avoir peur de voir une nouvelle vague de radars envahir nos routes pour les prochaines années à venir. Dans les colonnes du magazine, le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls déclare "qu’il n’est pas question de multiplier les radars à l’infini". On estime que 180 radars seront installés en 2013 en plus des 4047 déjà présents, un déploiement qui arrive "à maturité" selon le ministre.

Sources : Atlantico.fr ; Europe1.fr ; Auto Plus